TCHAD

Les rebelles de l'UFR affirment "progresser" dans le pays

Les rebelles tchadiens de l'UFR affirment, ce jeudi, qu'ils progressent dans l'est du pays, où ils sont entrés le 4 mai, "selon [leurs] stratégies". Ils ajoutent avoir mis en déroute les militaires qui tentaient de les arrêter.

Publicité

AFP - Les rebelles tchadiens "progressent" dans l'est du Tchad où ils sont entrés le 4 mai en provenance du Soudan voisin, sans enregistrer de morts dans leurs rangs, a affirmé jeudi à l'AFP un responsable de la rébellion.

"Nos forces progressent (...) Jusqu'ici, tout marche bien, selon nos stratégies", a dit ce responsable dans un courrier électronique reçu à Libreville.

Depuis mercredi en milieu de journée, l'AFP n'a pu joindre par téléphone aucune source au sein de l'Union des forces de la résistance (UFR, alliance des rebelles tchadiens).

"Toute la journée d'hier (mercredi) a été calme (...) La seule fois où il y a eu combat au sol, c'était avant-hier (mardi) vers Haraz Mangueigne", au sud de Goz Beïda, a-t-il dit.

Dans un communiqué, l'UFR avait fait état d'un bref accrochage mardi avec l'armée entre la localité de Tissi et Haraz Mangueigne.

Elle affirmait aussi avoir "mis en déroute" les militaires et récupéré une douzaine de leurs véhicules, pendant que des rebelles poursuivaient des soldats vers Am-Timan, au nord de Haraz Mangueigne. Le gouvernement tchadien avait assuré les avoir bombardés, soutenant qu'il n'y a eu aucun combat au sol.

Aucun bilan humain n'avait alors été fourni par aucune des parties.

"De notre côté, il n'y a pas eu de pertes matérielles. Des deux côtés, il n'y a pas eu de pertes en vie humaines", a affirmé le responsable de l'UFR dans son message.

La même source a démenti la présence de rebelles dans le nord-est de la Centrafrique, pays voisin. Mercredi, le gouvernement tchadien avait annoncé les y avoir "repérés et fixés".

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine