BANQUES

La Société générale perd 278 millions d'euros au premier trimestre

À l'inverse de BNP-Paribas, la Société générale enregistre une perte nette de 278 millions d'euros sur les trois premiers mois de 2009 après de nouvelles dépréciations d'actifs dans ses activités de financement et d'investissement.

Publicité

Reuters - Société générale a annoncé jeudi une perte nette de 278 millions d'euros au premier trimestre après de nouvelles dépréciations d'actifs dans ses activités de financement et d'investissement, contrariant les attentes du marché qui tablait sur un bénéfice.

Le consensus Reuters anticipait un résultat net positif de 320 millions d'euros pour les trois premiers mois de l'année, selon la moyenne des prévisions de 11 analystes.

Dans un communiqué, la banque française explique avoir enregistré au premier trimestre 1,5 milliard d'euros de dépréciations d'actifs supplémentaires dans ses activités de banque de financement et d'investissement (BFI), dont 866 millions d'euros sur les rehausseurs de crédit.

La Société générale ajoute que les revenus de sa BFI ont subi un impact négatif de 472 millions d'euros en raison de décotes sur des couvertures de portefeuille de crédits corporate.

"Le niveau des dépréciations est surprenant. La banque semble moins résistante dans la banque de détail en France que BNP Paribas", commente Christoph Bossmann, analyste chez WestLB.

En raison de la crise économique, la Société générale a par ailleurs multiplié par 2,3 ses provisions, qui s'élèvent à 1.354 millions d'euros à la fin du premier trimestre.

La banque a notamment constaté une "forte" hausse de son coût du risque en Russie, en proie à la récession économique, où la banque est présente via sa filiale Rosbank.

La direction de la Socgen est régulièrement interrogée par les analystes sur les risques liés à son exposition à l'Europe de l'Est et à la Russie, régions géographiques rattrappées depuis l'automne dernier par la crise économique et financière.

"Ces pays, comme tous les pays du monde, sont affectés par la crise. Mais je pense que la situation est sous contrôle", a déclaré Frédéric Oudéa, nommé mercredi président directeur générale de la Socgen, sur Radio Classique.


Société générale sollicite aussi la 2e tranche d'aide de l'État

Pour renforcer sa solidité financière, la Société générale va solliciter la deuxième tranche d'aide du gouvernement français au secteur bancaire et émettre pour 1,7 milliard d'euros d'actions de préférence que souscrira l'Etat.

Son ratio de solvabilité financière "Tier One" sera ainsi amélioré de 50 points de base, à 9,2% contre 8,7% au 31 mars 2009. Son ratio "core Tier One" s'élèvera à 7%.

A la différence de BNP, la Socgen ne va pas convertir la première tranche d'aide de 1,7 milliard d'euros obtenue en décembre 2008 sous la forme de dette hybride en actions de préférence.

Les pertes dégagées au premier trimestre par le groupe contrastent nettement avec les bénéfices de BNP Paribas, qui ont dépassé mercredi les prévisions des analystes grâce à une activité soutenue dans la banque de financement et d'investissement.

Ebranlée en janvier 2008 par l'affaire Kerviel, la Socgen a annoncé mercredi la nomination de Frédéric Oudéa au poste de président directeur général de la banque, ajoutant la présidence à la direction générale en remplacement de Daniel Bouton, contraint de démissionner la semaine dernière.

Les analystes ont jugé que cette nomination marquait un retour aux anciennes pratiques de gouvernance de la banque, caractérisée, avant l'affaire Kerviel, par une concentration des pouvoirs de président du conseil d'administration et de directeur général entre les mains d'un seul responsable.

"Je vais être assisté d'un vice-président en la personne d'Anthony Wyand. Je crois que notre binôme va être très efficace pour diriger le groupe, avec un mélange d'expériences", a déclaré Frédéric Oudéa sur Radio Classique, nuançant ainsi la concentration des pouvoirs entre ses mains.

"Le conseil (d'administration, ndlr) a souhaité finalement permettre à l'entreprise et à son dirigeant, en réunissant les deux fonctions, d'agir le plus vite", a-t-il ajouté.

A la suite de l'affaire Kerviel, la banque avait décidé en mai 2008 de scinder les fonctions de président et de directeur général.

L'action Société générale a clôturé la séance de mercredi en hausse de 3,26% à 43,76 euros. A ce cours, elle a gagné 8,81% de sa valeur depuis le début de l'année, mais l'action continue de sous-performer l'indice sectoriel DJ Stoxx des banques européennes en progression de 13,43% depuis fin 2008.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine