AFGHANISTAN

Les États-Unis reconnaissent la mort de civils au cours d'un raid

Un rapport d'enquête américain confirme, sans donner de chiffres, la mort de plusieurs civils lors d'un raid mené par l'US Air Force dans l'ouest de l'Afghanistan. Mais reste silencieux sur une éventuelle responsabilité américaine.

Publicité

AFP - Les Etats-Unis ont reconnu samedi dans un rapport d'enquête préliminaire très attendu que des civils avaient été tués lors de combats avec les talibans et de bombardements lundi et mardi en Afghanistan, sans donner de chiffres ni admettre une part de responsabilité.

"L'équipe de l'enquête conjointe confirme qu'un certain nombre de civils ont été tués au cours des combats, mais elle n'est pas en mesure de déterminer avec certitude l'identité des morts, parmi lesquels des talibans et des non-combattants, car tous les corps ont été enterrés", ont indiqué l'armée américaine et les autorités afghanes dans un communiqué.

De violents combats avaient opposé des talibans aux forces afghanes et internationales dans le district de Bala Buluk de la province de Farah (ouest), où les insurgés sont bien implantés. Les autorités afghanes avaient rapidement annoncé un lourd bilan de plus de 100 morts dont une majorité de civils, des chiffres qualifiés d'"exagérés" par certains responsables américains. Des centaines de personnes avaient manifesté en signe de protestation à Farah.

Le président afghan Hamid Karzaï a affirmé vendredi sur la chaîne américaine CNN que 125 à 130 civils dont des femmes et enfants ont été tués et en a imputé la responsabilité exclusive aux bombardements américains. Si ce bilan était confirmé, il s'agirait de la bavure la plus meurtrière depuis le renversement du régime des talibans fin 2001.

M. Karzaï qui brigue un second mandat en août, a dans la foulée réclamé l'arrêt des frappes aériennes américaines, estimant qu'elles "ne sont pas un moyen efficace de combattre le terrorisme".

Un haut responsable américain à Kaboul a cependant jugé impossible de priver de soutien aérien les troupes afghanes au sol. Cela reviendrait à "mettre davantage de troupes bien entraînées des forces afghanes (..) en danger avec très peu d'assistance", a indiqué l'officier à l'AFP sous couvert de l'anonymat.

Le rapport d'enquête préliminaire ne donne pas de chiffre précis concernant le nombre de victimes du début de semaine.

"La commission d'enquête s'est rendue sur trois sites où avaient été enterrés les corps de sept personnes et aux abords de deux fosses communes contenant un nombre indéterminé de corps", selon le rapport.

Ses auteurs soulignent que les forces américaines et afghanes continuent d'enquêter sur "la complexe série d'attaques des talibans contre des civils innocents et les forces de la coalition dans la province de Farah".

Le rapport détaille le déroulement des évènements. "Un grand nombre de talibans, parmi lesquels des combattants étrangers, se sont installés dans les villages de Ganj Abad et de Grani, où ils rackettaient les habitants", note la commission d'enquête. Des affrontements ont alors éclaté avec des policiers afghans, qui ont subi des pertes et demandé "un soutien aérien rapproché" de l'armée afghane et de la coalition sous commandement américain.

"Selon certaines informations, les talibans ont délibérément obligé les habitants à se regrouper dans des maisons depuis lesquelles ils ont attaqué les forces afghanes et de la coalition", ajoute la commission, en dénonçant "la brutalité" des talibans envers les civils qu'ils "utilisent comme boucliers humains".

Les forces internationales provoquent régulièrement la mort de civils au cours des combats, provoquant la colère de la population et des autorités afghanes. En 2008, 2.118 civils ont été tués dans les violences, dont 39% du fait des forces pro-gouvernementales, essentiellement lors de bombardements, selon les Nations Unies.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine