ÉMIRATS ARABES UNIS

Abou Dhabi prend des mesures contre un émir accusé de tortures

Cheikh Issa ben Zayed al-Nahyane, frère du souverain d'Abou Dhabi, a été placé en résidence surveillée. Il est accusé de tortures sur plusieurs personnes. Une vidéo le montrant torturant violemment un homme a circulé sur Internet.

Publicité

AFP - L'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch a salué les informations sur la mise en résidence surveillée d'un membre de la famille royale d'Abou Dhabi, montré par une vidéo en train de torturer un Afghan, et réclamé la transparence sur cette affaire, dans un communiqué reçu samedi.

HRW basée à New York indique en citant la déclaration d'un responsable des Emirats à la chaîne américaine ABC, qui avait diffusé le 22 avril la vidéo, que cheikh Isaa Ben Zayed Al-Nahyane avait été placé ce week-end en résidence surveillée avec interdiction de quitter le pays.

Cheikh Issa est le frère du souverain d'Abou Dhabi, cheikh Khalifa Ben Zayed Al-Nahyane, également président de l'Etat des Emirats.

L'organisation dont le siège est à New York estime cette mesure insuffisante, même si elle est "significative", et souligne que "beaucoup plus doit être fait pour rétablir la confiance dans la police du pays et son système judiciaire".

"L'information sur l'arrestation est rassurante mais le gouvernement doit maintenant publier les détails (de l'enquête). Une procédure secrète n'empêchera pas d'autres abus et d'autres tortures", a souligné dans le communiqué Sarah Leah Whitson, directrice de HRW pour le Moyen-Orient.

HRW relève aussi que les médias des Emirats arabes unis n'ont pas parlé de l'affaire, ce qui souligne, selon l'organisation, le besoin de réviser un projet de loi sur la presse qui prévoit de fortes amendes pour les écrits sur les responsables et les membres des familles régnantes.

Abou Dhabi, le principal émirat de la fédération des Emirats arabes unis, avait indiqué fin avril que le différend entre le cheikh Issa et sa victime afghane avait été réglé et qu'aucune plainte n'avait été déposée.

Mais l'émirat avait aussi condamné le comportement du cheikh et indiqué que le ministère de la Justice allait examiner la vidéo et publier ses conclusions le plus tôt possible.

Cette vidéo montre cheikh Issa en train de battre un homme avec un bout de bois clouté et mettre du sel sur ses blessures.

L'homme torturé avec l'aide d'un policier est un marchand afghan qui aurait égaré une cargaison de grains d'une valeur de 5.000 dollars, selon ABC. On peut voir aussi dans la vidéo une voiture lui passer sur les jambes.

Début mai, l'avocat d'un homme d'affaires américain Bassam Nabulsi, un ancien associé du cheikh affirmant avoir lui aussi été torturé, a écrit au ministère de la Justice d'Abou Dhabi, en disant disposer des preuves filmées de l'implication du cheikh dans plus de 25 autres cas de torture.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine