SOMALIE

Une cinquantaine de morts dans des combats à Mogadiscio

En trois jours, au moins 50 personnes ont trouvé la mort à Mogadiscio dans des combats entre groupes islamiques rivaux. Un tir de mortier, tombé sur une mosquée, a tué une quinzaine de fidèles dans la capitale somalienne.

Publicité

REUTERS - Trois jours d'affrontements entre groupes islamiques rivaux ont fait plus de 65 morts et 190 blessés à Mogadiscio, la capitale somalienne, a-t-on appris dimanche de sources hospitalères. Dimanche après-midi, un tir de mortier a tué une quinzaine de fidèles rassemblés pour la prière dans une mosquée de la ville, ont rapporté des témoins.

 

Le cheikh Mohamed Ibrahim Bilal, l'un des dirigeants du groupe islamiste Chabaab (Jeunesse), a affirmé que ses hommes avaient tué de nombreux soldats gouvernementaux et leurs alliés dans le nord de la ville.

 

"Les rues sont jonchées de cadavres", a-t-il dit. "Nous contrôlons le nord de Mogadiscio, nous avons pris cinq positions clés, notamment le stade de football."

 

Les combattants d'Al Chabaab et les miliciens fidèles au gouvernement du président, le cheikh Charif Ahmed, un islamiste modéré, s'affrontent à l'arme lourde depuis jeudi dans la capitale.

 

Un "ancien" a rapporté que des étrangers participaient aux combats. "Il y a partout des Arabes barbus", a précisé Osman Ali.

 

En avril, le Parlement somalien a adopté un projet de loi sur l'application de la "charia" (loi coranique) dans ce pays de la Corne de l'Afrique en proie à l'anarchie depuis près de 20 ans, mesure visant à couper l'herbe sous les pieds des rebelles d'Al Chabaab.

 

Le président Charif Ahmed, élu en janvier au terme d'un processus de réconciliation engagé sous l'égide de l'Onu, cherche à rétablir la stabilité du pays mais ses efforts de conciliation avec les hommes d'Al Chabaab sont restés vains.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine