PAKISTAN

Poursuite de l'offensive, dix morts dans un attentat à Peshawar

Un attentat-suicide a fait dix morts à Peshawar, dans le nord-ouest du Pakistan où l'offensive de l'armée régulière contre les Taliban se poursuit. Selon l'ONU, quelque 360 000 civils ont déjà fui la zone depuis le début des combats.

Publicité

Reuters - Un attentat suicide à la voiture piégée a fait dix morts lundi près de Peshawar, dans le nord-ouest du Pakistan où les forces de sécurité poursuivent leur offensive contre les insurgés taliban.


Le kamikaze s'est fait exploser dans une file de voitures à un barrage de sécurité des environs de la principale ville de la région, tuant deux paramilitaires et huit civils, a déclaré un porte-parole de la police, Fazal Naeem.


"Il visait le barrage de sécurité mais n'a pu atteindre les soldats à cause de la file d'attente", a-t-il expliqué. L'attentat n'a pas été revendiqué.


Les forces pakistanaises de sécurité ont lancé jeudi une offensive de grande envergure dans la vallée de Swat, à 130 km au nord-ouest d'Islamabad, provoquant un exode massif des habitants. Quelque 360.000 civils ont fui la zone des combats ces derniers jours et on s'attend à ce que 500.000 personnes au total évacuent la région, indique le dernier pointage du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).


Le ministre de l'Intérieur, Rehman Malik, a affirmé aux journalistes que 700 taliban et vingt soldats avaient été tués depuis le déclenchement de l'opération.


"L'opération se poursuivra jusqu'à ce que le dernier taliban soit chassé", a-t-il ajouté. "L'opération se poursuit avec succès. Notre stratégie a fonctionné."


"Nous ne leur donnons aucune chance. Ils sont en fuite. Ils ne s'attendaient pas à une telle offensive", a encore déclaré Rehman Malik.


L'armée pakistanaise faisait état dimanche de près de 200 combattants islamistes tués en vingt-quatre heures dans la vallée de Swat et le district voisin de Shangla, un chiffre impossible à vérifier par des sources indépendantes.


Des avions de combat ont bombardé lundi des positions des taliban, alors qu'un couvre-feu maintenait les habitants de la région confinés chez eux. Dimanche, l'armée avait levé cette restriction pendant neuf heures pour permettre aux habitants d'évacuer leurs maisons.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine