ROYAUME-UNI

Nouvelle accusation pour l'un des meurtriers présumés des deux Français

Nouvelle révélation lors du procès des étudiants français tués en juin 2008 à Londres : l'un des deux meurtriers présumés est accusé d'avoir attaqué, quatre mois plus tôt, une de ses proches en utilisant des méthodes similaires.

Publicité

AFP - L'un des deux meurtriers présumés des étudiants français Laurent Bonomo et Gabriel Ferez, sauvagement tués en juin 2008 à Londres, a été accusé lundi lors du procès d'avoir attaqué quelques mois plus tôt une de ses proches en usant d'une méthode assez similaire.

Le 10 février 2008, deux jours après être sorti de prison, Daniel Sonnex avait ligoté Louise Shine, qui a été élevée dans la même famille d'accueil que lui, et l'ancien compagnon de celle-ci. Il avait ensuite tenté de leur extorquer de l'argent, selon le témoignage de ce dernier, qui ne peut être nommé pour des raisons légales, lundi devant le tribunal londonien de l'Old Bailey.

Louise Shine et cet homme (M. S, Ndlr), dont elle attendait à l'époque un enfant, avaient renoncé à porter plainte après cette agression.

Daniel Sonnex, dit "Dano", est accusé avec Nigel Farmer d'avoir tué de façon "barbare" les étudiants, tous deux âgés de 23 ans, le 29 juin 2008 dans le studio loué par Laurent Bonomo dans le sud-est de Londres.

Ce 10 février, Louise Shine avait appelé M. S pour lui demander de la rejoindre à son appartement. Quand il est arrivé chez elle, Sonnex lui a ouvert la porte et il a ensuite découvert Louise Shine ligotée sur son lit, un autre homme, Marlon Gayle, tenant un couteau sur sa gorge, a raconté lundi M. S, en témoignant derrière un rideau.

M. S a à son tour été ligoté, puis Sonnex a commencé à lui réclamer de l'argent, a-t-il expliqué. Quand il a répondu ne pas en avoir, Sonnex l'a "giflé plusieurs fois", a déclaré M. S. Le même a alors placé sur sa tête un oreiller. "Il essayait de me faire peur", a-t-il ajouté.

Sonnex a ensuite pris dans un sac des outils, dont deux scies et un marteau, qu'il a déposés sur le lit. "Il a placé la plus grande des scies sur mon cou", a rapporté M. S, qui a été superficiellement coupé au cou. "Il semblait en colère, fou", a-t-il affirmé.

Le calvaire a duré de 30 à 45 minutes, avant que M. S ne parvienne à se libérer de ses liens et à s'enfuir avec son ex-compagne.

M. S a admis n'avoir accepté de témoigner qu'avec réticence, craignant pour la sécurité de ses proches. Il a répondu "oui" à la question de savoir s'il redoutait que ceux-ci soient menacés par la famille Sonnex.

Gabriel Ferez et Laurent Bonomo avaient été ligotés, bâillonnés et lacérés de plus de 240 coups de couteau sur le cou, le dos, le torse et la tête, avant que le studio ne soit incendié.

Sonnex et Farmer sont accusés de meurtre, séquestration, cambriolage et incendie volontaire, ce qu'ils nient. Sonnex a seulement plaidé coupable de cambriolage.

Le verdict est attendu début juin.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine