GUATEMALA

Assassiné, un avocat met en cause le président

Un avocat tué par balles dimanche au Guatemala a laissé une vidéo dans laquelle il accuse le chef de l'État, Alvaro Colom (photo), d'avoir ordonné sa mort. Le gouvernement crie à la conspiration.

Publicité

AFP - Le ministre des Affaires étrangères du Guatemala, Haroldo Rodas, a rejeté mercredi à Washington les accusations contenues dans la vidéo d'un avocat assassiné, qui désignait à l'avance le président Alvaro Colom comme l'instigateur de sa mort.

"Le gouvernement du Guatemala réitère sa condamnation ferme de ce meurtre vile et lâche et rejette catégoriquement les allégations d'implication du président, de la Première dame et de leur secrétaire privé", a déclaré le ministre peu avant une réunion à Washington de l'Organisation des Etats américains (OEA).

L'avocat, Me Rodrigo Rosenberg, tué par balles dimanche alors qu'il se promenait à bicyclette dans la capitale, apparaît dans une vidéo, diffusée sur les portails électroniques de deux quotidiens nationaux, et où il explique pourquoi son assassinat aurait été commandité. La vidéo était accompagnée d'un message écrit où Me Rosenberg accusait le président Colom et ses proches collaborateurs.

A Guatemala, le gouvernement a qualifié ces accusations de "conspiration" pour déstabiliser le pays et demandé que la Commission internationale contre l'impunité (Cicig), reconnue par les Nations unies, collabore à l'enquête sur l'assassinat.

Le président Colom a annoncé mardi qu'il demanderait une analyse scientifique pour vérifier l'authenticité de l'enregistrement.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine