AFGHANISTAN

Attentat-suicide à proximité d'une base américaine

Un kamikaze a tué au moins sept civils et en a blessé une vingtaine d'autres à Khost, dans l'est du pays. L'attaque a été revendiquée par les Taliban. La veille, cette même ville avait déjà été le théâtre d'une série d'attentats.

Publicité

AFP - Sept civils ont été tués et 21 blessés mercredi dans un attentat suicide revendiqué par les talibans près d'une base américaine à Khost, dans l'est de l'Afghanistan, au lendemain d'une série d'attaques similaires dans la même ville, a indiqué l'armée américaine.

Un kamikaze a fait exploser une voiture piégée à proximité d'une entrée de Camp Salerno, la grande base militaire américaine dans la capitale de la province de Khost, tout près de la frontière pakistanaise, a indiqué à l'AFP un officier de presse, April Campbell.

"C'était une voiture piégée", a confirmé le chef de la police provinciale, Abdul Qayoom Baiqizoï, "mais nous n'avons pas de précisions sur le nombre de victimes pour le moment".

Des dizaines d'Afghans travaillant sur la base faisaient alors la queue pour se soumettre aux contrôles de sécurité avant d'entrer dans l'enceinte, lorsque la bombe a explosé.

L'attentat a été revendiqué par téléphone auprès de l'AFP par un porte-parole des talibans se présentant comme Salahuddin.

Mardi, Khost avait été touchée par une série d'attaques suicide contre des bâtiments officiels, qui avaient fait neuf morts -- des civils et des membres des forces de sécurité afghanes-- et 16 blessés. Onze talibans avaient également péri, dans l'explosion de leurs ceintures d'explosifs ou abattus par les soldats.

Un porte-parole des insurgés islamistes, Zabihullah Mujahed, avait revendiqué les attaques de mardi auprès de l'AFP, assurant que 30 "combattants équipés de voitures piégées, de ceintures d'explosifs et d'armes à feu" s'étaient infiltrés dans la ville.

L'autre porte-parole, Salahuddin, a affirmé que l'attaque de mercredi avait été réalisée par "un de ces 30 combattants".

Les assaillants de mardi portaient pour certains des uniformes de l'armée afghane et, pour d'autres, des burqas, le voile intégral des femmes, selon divers témoignages.

Chassés du pouvoir en novembre 2001 par une coalition menée par les Etats-Unis, les talibans mènent depuis une insurrection meurtrière contre le gouvernement du président afghan Hamid Karzaï.

Les violences des insurgés se sont multipliées depuis deux ans malgré la présence de 70.000 soldats étrangers, auxquels vont se joindre 21.000 soldats américains dans les prochains mois.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine