RD CONGO

"Des dizaines de civils" tués lors d'attaques attribuées aux rebelles

La Mission de l'ONU en RD Congo (Monuc) rapporte que "plusieurs dizaines de civils" ont été tués le week-end dernier dans l'est du pays, lors d'attaques attribuées aux rebelles hutus rwandais (FDLR).

Publicité

AFP - "Plusieurs dizaines de civils" ont été tués le week-end dernier dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), lors d'attaques attribuées aux rebelles hutus rwandais (FDLR), a-t-on appris mercredi auprès de la Mission de l'ONU en RDC (Monuc).

"Il y a eu des tueries de plusieurs dizaines de personnes", dans des villages de la province du Sud-Kivu, entre 80 et plus d'une centaine de kilomètres au nord-ouest de Bukavu, a déclaré à l'AFP un porte-parole de la Monuc.

"C'est un triangle de deux trois villages" dans une zone où "il y aurait eu des opérations militaires des FDLR contre les Forces armées congolaise (FARDC). Il y a eu soit des attaques des FDLR, soit des ripostes des FARDC", a ajouté le lieutenant-colonel Jean-Paul Dietrich.

"Une équipe mixte d'officiers et d'éléments civils de la Monuc vérifie sur place ce qui s'est passé, les informations ne sont pas encore claires", a poursuivi l'officier.

Des soldats des FARDC auraient été tués et blessés lors des combats.

Selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA) à Kinshasa, qui cite des "sources locales" dans un communiqué, "plus de 90 personnes, parmi lesquelles une soixantaine de civils et une trentaine" de militaires congolais, auraient été tuées, lors d'une attaque attribuée aux FDLR dans la localité d'Ekingi (80 km au nord-ouest de Bukavu).

Plusieurs dizaines de personnes auraient également été tuées et d'autres blessées dans le village de Busurundi, selon la radio Okapi.

"La situation est très grave, très préoccupante", a commenté le lieutenant-colonel Dietrich.

Ces actes ont été perpétrés alors qu'une opération conjointe des armées rwandaise et congolaise a été menée du 20 janvier à fin février dans le Nord-Kivu contre les FDLR, dont les effectifs sont estimés entre 5.000 et 6.000 combattants. Certains d'entre-eux ont participé au génocide rwandais de 1994

Loin de les avoir éradiqués, l'opération a cependant chassé les rebelles des grands centres de la province, les obligeant à gagner les forêts environnantes d'où ils lancent leurs attaques et aussi à se replier vers le sud.

"Il y a quelques éléments FLDR regroupés au Sud-Kivu. Ils se déplacent du Nord au Sud", selon le porte-parole militaire.

L'armée congolaise et la Monuc étaient en train de planifier des opérations prochaines dans le Sud-Kivu pour neutraliser les rebelles hutus rwandais.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine