TCHAD

La tension monte entre N'Djamena et Khartoum

La tension est montée d'un cran entre le Tchad et le Soudan. Accusé par Khartoum de mener des raids aériens sur son territoire, le président tchadien s'est dit déterminé à poursuivre les rebelles jusqu'au Soudan.

Publicité

AFP - La tension monte entre le Tchad et le Soudan, qui proteste contre les raids aériens menés sur son territoire par N'Djamena, "décidé à en finir" avec les rebelles et déterminé dans la poursuite de ces actions.

"Ce matin (samedi) à 10H30 locales (07H30 GMT), une nouvelle opération (bombardement aérien) a eu lieu au même endroit et avec la même méthode", a déclaré le porte-parole de l'armée soudanaise, Othman al-Aghbash, précisant qu'il n'y avait eu aucune victime lors de cette incursion à 60 kilomètres à l'intérieur du Soudan. Vendredi, Khartoum avait déjà protesté contre deux autres incursions aériennes.

Forts d'une des armées les plus puissantes du continent, les Soudanais ont haussé le ton: "L'armée soudanaise est prête à répondre mais attend les instructions", a dit Ali Sadiq, le porte-parole du ministère soudanais des Affaires étrangères.

Un conseiller du président soudanais Omar el-Béchir, Abdallah Masar, a jugé que les deux pays étaient montés l'un contre l'autre par une tierce partie. Il a évoqué "des éléments étrangers cherchant à entraîner le Soudan dans une guerre", sans donner de détails.

Mais le président tchadien, Idriss Deby Itno, a fait fi des protestations soudanaises: "Nous avons utilisé notre droit de poursuite et ce droit de poursuite va continuer avec l'appui du peuple tchadien. L'armée est décidée à en finir une fois pour toutes avec les mercenaires à la solde du Soudan".

Il bombe même le torse: "Le Soudan n'a aucun intérêt à menacer le Tchad ou à le menacer de représailles dont il n'est pas capable". Vendredi soir, après la première protestation soudanaise, le porte-parole du gouvernement tchadien Mahamat Hissène a dit que le Soudan était "le voleur criant au voleur".

N'Djamena reproche à Khartoum son soutien aux rebelles tchadiens, qui après l'échec de leur offensive la semaine dernière, ont fui pour regagner le Darfour. L'armée soudanaise a cependant réfuté tout retour des rebelles tchadiens sur son sol.

Selon un diplomate occidental à N'Djamena: "C'est une source d'inquiétude. Il y a un réel risque d'escalade verbale et plus".

La France, dans un communiqué s'est dite "préoccupée des tensions croissantes entre le Tchad et le Soudan" et "appelle instamment les parties à éviter toute escalade".

A Addis Abeba, le secrétaire général adjoint de l'Onu chargé des affaires politiques, Haile Menkerios, a estimé qu'il fallait que le gouvernement tchadien "négocie avec les rebelles tchadiens".

De longue date, N'djamena et Khartoum ont des relations difficiles et s'accusent mutuellement de complaisance envers leurs mouvements rebelles respectifs. Depuis septembre, ils ont repris des relations diplomatiques interrompues en mai 2008.

En début de semaine, le président Déby avait menacé de les rompre à nouveau. Il a fait fermer les deux centres culturels soudanais et fait reprendre par les autorités les écoles soudanaises. Il a accusé les enseignants soudanais d'être des "agents de renseignement" et leur a demandé de quitter le pays.

Les deux pays avaient pourtant signé le 3 mai à Doha (Qatar) un accord de réconciliation qui prévoit notamment le contrôle des frontières pour empêcher les infiltrations rebelles de chaque coté.

Une paix entre eux jugée essentielle pour résoudre le conflit de six ans au Darfour, région soudanaise frontalière du Tchad. Cette guerre a fait environ 300.000 morts, selon l'ONU, 10.000 d'après Khartoum.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine