ROYAUME-UNI

La chambre des Lords suspend deux membres pour trafic d'influence

La chambre des Lords a suspendu deux de ses membres, Peter Truscott et Thomas Taylor, issus du Parti travailliste, pour trafic d'influence. Il s'agit d'une décision sans précédent depuis 350 ans.

Publicité

AFP - La chambre des Lords britannique a suspendu mercredi deux de ses membres pour trafic d'influence, une décision sans précédent depuis plus de trois siècles.

Lord Peter Truscott et Lord Thomas Taylor, tous deux membres du parti travailliste, avaient été piégés par des journalistes du Sunday Times qui s'étaient fait passer pour des intermédiaires oeuvrant pour le compte d'une entreprise étrangère de distribution.

Les deux Lords avaient accepté d'intercéder auprès de leurs collègues pour faire voter des amendements en échange d'une rémunération allant de 24.000 livres (25.500 euros) à 120.000 livres (127.700 euros) par an.

Mercredi, la chambre haute du Parlement a voté leur suspension jusqu'à la fin de l'actuelle session parlementaire, qui s'achève à l'automne, comme le recommandait un rapport d'une commission. Cette dernière avait estimé que les deux pairs, non élus, avaient enfreint le code d'honneur des Lords.

C'est la première fois depuis plus de 350 ans que des Lords britanniques sont suspendus de leurs fonctions.

Intervenant lors du débat aux Lords, la baronne Frances D'Souza a rappelé qu'il y avait "une obligation pour chacun des membres ici de faire honneur à la dignité de cette chambre et à le montrer".

Cette suspension "n'est pas seulement douloureuse pour nous tous, elle a des implications constitutionnelles", a-t-elle ajouté. "Nous avons devant nous la tâche immense de rétablir la confiance du public. On ne doit pas sous-estimer la colère et la désillusion du public".

Cette décision intervient alors que la chambre des Communes, la chambre basse du Parlement, est secouée par un scandale retentissant sur les notes de frais excessives des députés.

Mardi, le Speaker (président) des Communes avait été contraint d'annoncer sa démission, qui prendra effet le 21 juin, une décision là aussi sans précédent depuis plus de trois siècles.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine