COLOMBIE

Le Sénat ouvre la voie à un troisième mandat d'Uribe

Les sénateurs colombiens ont adopté, mardi, la tenue d'un référendum constitutionnel qui, après validation par la Cour constitutionnelle, permettrait au président Alvaro Uribe de briguer un troisième mandat consécutif.

Publicité

REUTERS - Les sénateurs colombiens ont approuvé mardi la tenue d'un référendum constitutionnel qui doit permettre au président Alvaro Uribe de briguer un troisième mandat.

La proposition adoptée par le Sénat va maintenant être examinée par une commission de parlementaires, avant son passage devant la Cour constitutionnelle.

La proposition demanderait aux électeurs colombiens de se prononcer sur une modification de la Consitution afin de permettre au président sortant de briguer un troisième mandat.

Uribe avait été réélu en 2006 après que ses partisans eurent modifié la Constitution pour lui permettre de se présenter une deuxième fois et de poursuivre son action contre les rebelles des Farc et les trafiquants de drogue.

Soixante-deux des 102 sénateurs se sont prononcés en faveur de la proposition de référendum.

"En agissant de la sorte, ils (les sénateurs) tronquent la démocratie", a estimé le sénateur Luis Carlos Avellaneda, membre du Pôle démocratique, formation de l'opposition.

Le chef d'Etat colombien, à la popularité gonflée par les succès sur les guérilléros des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), n'a pas encore dévoilé ses intentions.

Toutefois, un parallèle peut être fait entre Uribe et ses homologues vénézuélien Hugo Chavez et équatorien Rafael Correa qui ont tous deux eu recours à des modifications constitutionnelles pour prolonger leur présence à la tête de l'Etat.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine