Accéder au contenu principal

Nico Rosberg, de l'écurie Williams, en tête des essais libres à Monaco

L'Allemand Nico Rosberg (de l'écurie Williams) a réalisé jeudi le meilleur temps de la deuxième séance d'essais libres du Grand Prix de Monaco. Dans un entretien, il évoque cette course qu'il attend avec beaucoup d'impatience.

Publicité

AFP - L'Allemand Nico Rosberg (Williams) a réalisé le meilleur temps de la deuxième séance d'essais libres du Grand Prix de Monaco, sixième épreuve de la saison 2009 de Formule 1, jeudi, sur le circuit de la Principauté.

Avec un temps de 1 min 15 sec 243/1000e, Rosberg a devancé le champion du monde britannique Lewis Hamilton (McLaren-Mercedes) de 202/1000e de seconde.

Les deux Brawn GP n'étaient pas loin des premières places, comme toujours depuis le début de saison, avec le Brésilien Rubens Barrichello troisième et le Britannique Jenson Button quatrième.

Felipe Massa (Ferrari) a pris la cinquième place devant Sebastian Vettel, gêné par une casse moteur jeudi matin mais bon sixième de cette deuxième séance.

En revanche, les deux Toyota ont de nouveau été à la peine, Jarno Trulli et Timo Glock ne signant que les 14e et 18e temps.

Cette deuxième session libre s'est déroulée sous un soleil voilé par une température de 24 degrés (40 degrés sur la piste).

Comme attendu, les monoplaces sont allées beaucoup plus vite que le matin, l'adhérence s'améliorant au fil des tours. Alors que Barrichello avait remporté la première session sans pouvoir descendre en dessous des 1 min 17 sec, Rosberg est allé presque deux secondes plus vite cette fois.

Le temps de la pole position de l'an dernier (1:15.787) a déjà été largement battu.

Le grand malheureux de cette seconde séance libre a été Robert Kubica, qui n'aura guère pu tester les dernières améliorations de sa BMW Sauber. Le Polonais n'a effectué que deux tours d'installation avant de voir son moteur partir en fumée alors qu'il allait effectuer sa première tentative rapide.

Les BMW Sauber ne sont déjà pas au mieux, elles se passeraient bien de telles avanies.

Par ailleurs, les pilotes se sont beaucoup battus, à l'image de Massa ou Hamilton, très impressionnants au volant depuis le bord de piste. En conséquence, les petits écarts ont été nombreux, notamment dans les deux endroits les plus piégeux (le virage de Sainte-Devote et la chicane à la sortie du tunnel). Cependant, tout le monde a pu éviter les rails de sécurité.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.