PAKISTAN

L'armée poursuit son offensive pour reprendre Mingora

L'armée pakistanaise, qui poursuit actuellement son offensive lancée samedi, assure avoir repris aux Taliban plusieurs quartiers de la ville de Mingora, principale localité de la vallée de Swat.

Publicité

AFP - L'armée pakistanaise a assuré dimanche avoir étendu son emprise sur plusieurs quartiers clés à Mingora, chef-lieu de la vallée de Swat, durcissant son offensive pour reprendre aux talibans le contrôle de cette région instable dans le nord-ouest du pays.

Les soldats pakistanais sont entrés samedi pour la première fois dans cette ville quasiment désertée par ses habitants, menant des combats, rue après rue, pour en déloger les talibans qui la contrôlent effectivement depuis des semaines.

Dimanche, l'armée pakistanaise a dit avoir repris aux talibans plusieurs intersections et trois places publiques de Mingora, tuant 5 rebelles dans des combats de rue.

"Au cours des (dernières) 24 heures, 10 militants ont été tués dans différentes parties de Swat lors d'échanges de tirs (...), tandis que 14 ont été arrêtés", a par ailleurs affirmé l'armée dans un communiqué.

De son côté, l'armée a déploré trois morts et six blessés dans ses rangs.

L'assaut contre Mingora, une ville dont la population était estimée à environ 300.000 personnes avant que la plupart des habitants ne fuient les combats, est une étape cruciale de l'offensive menée dans cette vallée pittoresque de Swat, autrefois premier site touristique du Pakistan.

La capture de Mingora, centre administratif et de commerce et dès lors stratégique, est essentielle pour permettre à Islamabad de proclamer la victoire contre les talibans dans cette région.

"Les forces de sécurité nettoient la zone des mines antipersonnel. Ils mènent également des opérations de recherche dans les zones sous leur contrôle", a déclaré dimanche un responsable de sécurité sous couvert de l'anonymat.

Un autre responsable militaire a indiqué à l'AFP que les combats de rue continuaient à faire rage dans Mingora et ses environs où selon des témoins terrorisés, des talibans lourdement armés patrouillaient encore tout récemment.

"Les affrontements se poursuivent entre forces de sécurité et militants dans le quartier de Nawa Kilay à Mingora et dans sa banlieue ouest à Qambar", a précisé le responsable également sous couvert de l'anonymat.

Le couvre-feu restait en vigueur dans la ville et des tirs ont été entendus, a-t-il ajouté.

Il était impossible de joindre au téléphone des habitants de Mingora.

"Mingora est vitale à la fois pour les talibans et l'armée. Les talibans ont fait beaucoup d'efforts pour y placer du matériel. Ils ont creusé, enfoui des mines dans toute la ville et pris les zones commerciales", souligne un expert des questions de sécurité, Ikram Sehgal.

"C'est la capitale de Swat et elle a une valeur psychologique. Une victoire serait un gros coup de pouce pour l'armée", ajoute-t-il.

Toutefois, l'inquiétude grandit pour les 10.000 à 20.000 civils que l'armée dit bloqués dans Mingora et qui se terrent chez eux sans vivres.

Plus de 1,7 million de personnes ont déjà fui l'offensive militaire, qui a commencé il y a quatre semaines dans le district de Lower Dir, puis s'est étendue à celui de Buner et maintenant Swat.

L'ONU a estimé que l'afflux de personnes déplacées dans le nord-ouest du pays risquait rapidement de constituer une grave crise humanitaire.

Le nord-ouest pakistanais, en particulier les zones tribales frontalières avec l'Afghanistan, est considéré comme un bastion des insurgés islamistes où Al-Qaïda a reconstitué ses forces et les talibans afghans des bases arrières.

L'armée a assuré avoir tué plus de 1.100 talibans en près de quatre semaines d'offensive et reconnu avoir perdu seulement 66 soldats. Ces informations sont impossibles à vérifier, la zone des combats étant bouclée par les militaires.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine