TÉLÉCOMMUNICATIONS

Le canadien Nortel s'apprête à supprimer 500 emplois en France

Le géant canadien des télécoms Nortel, qui a déposé le bilan en début d'année, va demander la mise en liquidation du site de Châteaufort (Yvelines). Une décision qui, selon "Le Figaro", entraînera la suppression de 500 emplois.

Publicité

REUTERS - La direction de l'équipementier télécom canadien Nortel va demander la mise en liquidation de site de Châteaufort (Yvelines), ce qui entraînera la suppression de 500 emplois, rapporte Le Figaro dans son édition à paraître lundi.

Le groupe canadien a déposé le bilan en début d'année et annoncé des pertes plus importantes que prévu au premier trimestre, à hauteur de 507 millions de dollars. Cinq mille suppressions de postes sont prévues dans le monde à travers plusieurs plans.

Selon Le Figaro, qui cite le syndicat CFTC de l'entreprise, "des administrateurs britanniques présenteront (lundi) devant le tribunal de commerce de Versailles un dossier de mise en liquidation du pôle français de la firme".

Cette liquidation devrait entraîner la suppression de 500 emplois dans la recherche et développement sur le site francilien.

Le quotidien français souligne en outre que les syndicats s'inquiètent du "manque de visibilité" à propos des deux cents autres emplois à Châteaufort.

Depuis le début de bilan de Nortel, placé sous la protection de la loi américaine sur les faillites, les spéculations vont bon train sur un possible démantèlement de l'entreprise en plusieurs entités vendues séparément.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine