Accéder au contenu principal

Le secrétaire américain aux Transports impressionné par le TGV

Malgré la grève des transports, le secrétaire américain aux Transports Ray LaHood, en visite à Paris, a jugé le système français "magnifique", alors que les États-Unis souhaitent lancer leur réseau de trains à grande vitesse.

Publicité

AFP - Le secrétaire américain aux Transports Ray LaHood a visité mardi un TGV dans une gare parisienne et a jugé le système français "magnifique", alors que les Etats-Unis souhaitent lancer leur propre réseau de trains à grande vitesse.

"Nous sommes ici pour étudier les différentes opportunités pour développer le train à grande vitesse aux Etats-Unis", où 13 milliards de dollars ont été consacrés à ce projet par l'administration Obama, a expliqué M. LaHood après avoir visité un TGV en gare de l'Est à Paris.

"Nous avons voulu venir d'abord voir le pays qui a ouvert la voie au train à grande vitesse", a-t-il poursuivi, parce qu'aux Etats-Unis "nous commençons tout juste ce que vous avez entrepris en Europe depuis si longtemps et avec tellement de succès".

Le TGV français est "un système magnifique" et "nous voulons apprendre de vous", a déclaré M. LaHood, qui devait ensuite emprunter un TGV pour se rendre à Strasbourg (est).

Mais le ministre doit aussi visiter d'autres pays, comme l'Allemagne ou l'Espagne, pour étudier leurs systèmes. "Nous savons aussi qu'il y a d'autres endroits comme l'Asie" avec des trains rapides, a-t-il ajouté.

"On est candidats mais on n'est pas les seuls: il y a les Allemands, les Japonais, les Espagnols...", a également tempéré le président de l'entreprise publique de chemins de fer SNCF, Guillaume Pepy.

Les appels d'offres pour le développement probable de dix lignes aux Etats-Unis n'ayant pas encore été lancés, les contours d'un éventuel partenariat restent encore flous.

"On est complètement flexibles: on est d'accord pour un transfert de technologie, pour participer à l'ingénierie, pour être un opérateur... et ce sera à eux de dire", a poursuivi M. Pepy.

Le secrétaire d'Etat français aux Transports Dominique Bussereau a indiqué qu'il devait se rendre la semaine prochaine à Washington avec des représentants d'Alstom -- le constructeur du TGV -- et de la SNCF -- son exploitant -- pour faire "avancer" le projet.
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.