FRANCE - PAKISTAN

Sarkozy envisage de se rendre à Islamabad dès l'automne

Nicolas Sarkozy pourrait effectuer une visite au Pakistan dès l'automne. Objectif : apporter le soutien de la France à Islamabad qui, depuis un mois, a lancé une vaste offensive contre les Taliban dans la vallée de Swat.

Publicité

AFP - Le président français Nicolas Sarkozy envisage de se rendre à l'automne en visite au Pakistan afin d'apporter son soutien au chef de l'Etat pakistanais Asif Ali Zardari dans sa lutte contre les talibans, a-t-on appris lundi auprès de la présidence française.

"On veut vraiment aider le président Zardari", a déclaré un responsable français en marge de la visite de M. Sarkozy dans les Emirats arabes unis, où il doit inaugurer mardi une nouvelle base militaire française.

Ce responsable s'est déclaré "plutôt agréablement surpris par la fermeté du président et la loyauté de l'armée". "Ce n'est pas sans poser d'autres problèmes humanitaires mais, en même temps, ils engagent le combat, on ne peut pas le leur reprocher", a-t-il ajouté.

L'armée pakistanaise a lancé il y a un mois une vaste offensive dans la vallée de Swat, dans le nord-ouest du pays, contre les combattants liés à Al-Qaïda qui s'étaient rapprochés de la capitale du pays, Islamabad, jetant plus de 2 millions de réfugiés sur les routes selon l'ONU.

"Si le Pakistan ne réussit pas, ça devient très compliqué en Afghanistan et ça veut dire que la puissance nucléaire (pakistanaise) tomberait dans les mains des talibans. C'est un enjeu majeur", a aussi indiqué la présidence française.

La visite de Nicolas Sarkozy au Pakistan sera également l'occasion de préciser la coopération en matière d'énergie nucléaire civile qu'il a proposée à son homologue pakistanais lors de sa récente visite à Paris, a poursuivi le responsable français.

"Le Pakistan doit faire l'objet d'un investissement diplomatique, politique et économique de la France", a-t-il conclu.

L'Elysée a par ailleurs une nouvelle fois écarté tout déploiement de renforts militaires en Afghanistan voisin, se réservant toutefois la possibilité d'opérer des "redéploiements" à "effectifs constants".

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine