ITALIE

Berlusconi se défend d'avoir eu une relation avec une mineure

Le chef du gouvernement italien, Silvio Berlusconi, a juré "sur la tête de ses enfants" n'avoir entretenu aucune relation coupable avec la jeune Noemi Letizia. Et affirmé qu'il démissionnerait "immédiatement" s'il était convaincu de mensonge.

Publicité

Reuters - Silvio Berlusconi a affirmé jeudi n'avoir eu aucune relation coupable avec la blonde Napolitaine Noemi Letizia, 18 ans, et a mis son poste de président du Conseil dans la balance, affirmant qu'il démissionnerait s'il était convaincu de mensonge.

"Quant à savoir si j'ai eu une relation, disons chaude ou plus que chaude, avec une fille mineure, je réponds 'non, absolument pas'", a dit le sémillant chef du gouvernement italien, âgé de 72 ans, à des journalistes.

"J'ai juré sur la tête de mes enfants. Et je suis tout à fait conscient que si j'étais convaincu de mensonge, je devrais démissionner sur le champ", a-t-il ajouté.

Les cinq enfants du "Cavaliere", habituellement discrets, sont justement sortis de leur silence pour défendre la réputation de leur père, face à une campagne de l'opposition de gauche qui met en doute sa moralité.

Le leader du Parti démocrate Dario Franceschini, à quelques jours des élections européennes, a ainsi posé clairement la question : "Est-ce que vous laisseriez cet homme élever vos enfants?"

Une question qui a provoqué la fureur des enfants Berlusconi.

"Si je suis en colère ? Dites plutôt que je suis indignée. Furieuse, même. Maintenant, ça suffit", déclare au Corriere della Sera de jeudi Marina, née du premier mariage du chef du gouvernement et qui dirige le groupe d'édition Mondadori.

"Cette fois, je n'ai pas l'intention de me taire (...)  Mon père a toujours beaucoup travaillé, mais toujours, toujours, il a été à mes côtés quand j'ai eu besoin de lui", ajoute-t-elle.

Mercredi soir, dans un communiqué, Pier Silvio, fils de Berlusconi et vice-président de son empire médiatique Mediaset, a dénoncé les propos de "mauvais goût" de Franceschini.


"Papounet"

Les trois autres enfants du chef du gouvernement, nés de son mariage avec Veronica Lario, sont également entrés dans la bataille en affirmant avoir été "élevés dans une atmosphère familiale où les valeurs morales étaient respectées".

"A la question de savoir si un père est capable d'élever un enfant, les seuls qui peuvent répondre sont justement ses enfants eux-mêmes", soulignent dans un communiqué publié mercredi soir Barbara, Eleonora et Luigi Berlusconi.

"La politique n'a rien à voir avec cela", ajoutent-ils.

Dario Franceschini a dit ne pas avoir voulu choquer les enfants du "Cavaliere", mais qu'il avait quand même le droit de s'interroger sur un personnage public et sur les valeurs à transmettre aux générations futures.

Silvio Berlusconi s'est rendu le mois dernier au 18e anniversaire, à Naples, de Noemi Letizia, une mannequin débutante dont il semble proche et qui l'appelle "papi" - l'équivalent en italien de "papounet".

L'affaire a poussé l'épouse de Berlusconi, Veronica Lario, à demander le divorce, accusant son mari d'aimer la compagnie des mineures.

Le deuxième quotidien italien, La Repubblica, a publié le 14 mai une liste de dix questions auxquelles il affirme que le chef du gouvernement doit répondre au sujet de sa relation avec la jeune femme.

Le porte-parole de Berlusconi, Paolo Bonaiuti, a accusé l'opposition de "s'accrocher aux ragots" dans le but de nuire au président du Conseil juste avant les européennes.

Silvio Berlusconi a toujours démenti toute relation coupable avec Noemi, qui était mineure lorsqu'il l'a rencontrée pour la première fois. Il a déclaré qu'il pourrait prochainement s'exprimer au parlement à ce sujet.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine