ONU

Colombo échappe à une enquête internationale pour crimes de guerre

L'ONU a adopté une résolution très clémente à l'égard de Colombo. Au grand regret des associations humanitaires qui ont de nombreuses fois témoigné contre les agissements de l'armée sri-lankaise lors du conflit avec les Tigres tamouls.

Publicité

AFP - Le Sri Lanka jubilait jeudi au lendemain de sa victoire diplomatique sur les pays occidentaux au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU à Genève, où il a échappé à une enquête internationale pour crimes de guerre.

Cet organe intergouvernemental des Nations unies, réuni depuis mardi en session extraordinaire sur le Sri Lanka, a adopté mercredi une résolution particulièrement clémente pour Colombo, dix jours après la fin d'un conflit séparatiste qui a fait en 37 ans de 80.000 à 100.000 morts.

Cette réunion du Conseil s'est tenue sur fond d'allégations de crimes de guerre visant l'armée et les Tigres de libération de l'Eelam tamoul (LTTE), lors de l'ultime coup de boutoir des militaires cette année contre la résistance acharnée de la guérilla.

"Les efforts du président (Mahinda Rajapakse) pour éradiquer le terrorisme ont été reconnus, tout comme le succès de la plus grande opération au monde de sauvetage d'otages", a claironné le ministre des droits de l'Homme, Mahinda Samarasinghe, présent à Genève.

"C'est un message très clair: la communauté internationale est derrière le Sri Lanka", s'est-il félicité.

Son collègue des Affaires étrangères, Rohitha Bogollagama, s'est targué d'un "succès majeur en termes de relations internationales", qui prouverait que son pays est "largement soutenu dans le monde"

Pourtant à Genève, le Haut commissaire de l'ONU pour les droits de l'Homme, Mme Navi Pillay, avait réclamé "une enquête internationale, indépendante et crédible (...) (pour) vérifier les circonstances, la nature et l'ampleur de violations des droits de l'Homme et du droit international humanitaire", tant par l'armée que par la rébellion.

Dès mars, Mme Pillay avait prévenu que "certaines actions des militaires et des Tigres pourraient être considérées comme des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité".

La perpective d'une telle enquête a même été évoquée par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, avant sa visite au Sri Lanka samedi dernier.

A la mi-mai, la Grande-Bretagne, l'ex-puissance coloniale, avait déjà dit "soutenir une enquête rapide (...) pour déterminer si des crimes de guerre ont été commis", relayant les demandes des organisations Amnesty International et Human Rights Watch.

Des associations humanitaires accusent l'armée d'avoir bombardé des civils et les insurgés de les avoir utilisés comme "boucliers humains" entre janvier et avril.

Les belligérants ont nié.

Mais l'ONU pense que 7.000 civils ont péri en quatre mois et 300.000 personnes ont été déplacées dans des camps.

La résolution du Conseil des droits de l'Homme, appuyée par la Chine, l'Inde, le Pakistan, l'Arabie saoudite ou Cuba fustige seulement les violations des droits de l'Homme perpétrées par les Tigres.

A l'inverse, le texte "loue" la politique du Sri Lanka en faveur des 300.000 réfugiés et l'"encourage" pour ses "efforts" en matière de droits humains.

Mieux, la résolution n'évoque aucune enquête pour crimes de guerre.

En fait, le Conseil des droits de l'Homme est divisé entre, d'un côté, pays occidentaux et latino-américains et, de l'autre, pays asiatiques alliés de Colombo, notamment Pékin.

Marqué par 443 années de colonisation européenne, le Sri Lanka est ulcéré par les critiques de l'Occident et peut compter sur le soutien de l'Asie, la Russie, l'Iran ou la Libye.

Les Occidentaux "étaient contre notre action pour vaincre (les Tigres), mais ils gardent le silence sur ce qui se passe en Irak, en Afghanistan et à Gaza", a fustigé le ministre Samarasinghe, reprenant l'argumentaire développé depuis un mois par le président Rajapakse.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine