MÉDIAS

Le groupe français TF1 veut s'offrir deux chaînes de la TNT

TF1, dont les recettes publicitaires sont en chute libre, propose 192 millions d'euros pour racheter TMC et NT1. Il espère ainsi profiter du potentiel de croissance des chaînes de la télévision numérique terrestre (TNT) en la matière.

Publicité

REUTERS - TF1 a annoncé jeudi être en négociation exclusive avec Groupe AB en vue du rachat des chaînes de télévision numérique terrestre (TNT) TMC et NT1 pour 192 millions d'euros.

 

Avec l'acquisition de 100% de NT1 et le doublement de sa participation dans TMC à 80%, TF1 entend profiter du potentiel de croissance des recettes publicitaires des chaînes de la TNT au moment où les siennes chutent dans un marché sinistré.

 

Plusieurs analystes ont jugé le prix "élevé" pour cette acquisition, dont ils soulignent cependant l'importance stratégique pour TF1.

 

"C'est un prix élevé mais il y a de la croissance", a estimé Christophe Cherblanc, analyste à la Société générale. "Le prix est abordable en valeur absolue et évite à TF1 d'acheter tout le groupe AB".

 

"(Cette opération) donne à TF1 une plate-forme pour bâtir une stratégie multichaînes coordonnée en France à l'image de celles menées par ITV au Royaume-Uni ou Modern Times Group sur les marchés nordiques", souligne de son côté ABN Amro dans une note.

 

L'action TF1, qui a ouvert en baisse de 4,6% après cette annonce, a réduit ensuite ses pertes à 2,42% à 7,79 euros vers 10h55, portant son recul à 25% depuis le début de l'année.

 

CM-CIC note que cette annonce ne constitue pas pour autant un catalyseur pour le titre. "La chaîne subit la baisse de sa prime de leader sur un marché publicitaire en crise", observe l'intermédiaire dans une note. "L'intérêt de l'opération dépend en partie de la possibilité d'intégrer les régies, ce qui n'a pas été autorisé pour TMC".

 

Le chaîne TF1, qui détenait jusqu'à récemment près de la moitié du marché de la publicité télévisée en France, a accusé une chute de 27% de ses recettes publicitaires au premier trimestre - à comparer à un recul 11% pour sa rivale M6. TF1 s'attend désormais à un recul de 13% de son chiffre d'affaires consolidé en 2009 contre 9% auparavant.

 

Perspective de gains de 155 millions d'euros

  

 

Selon TNS Media Intelligence, les recettes publicitaires pour les chaînes de télévision nationales ont chuté de 16,3% au premier trimestre, alors que celles de la télévision numérique terrestre (TNT) ont bondi de 71% dans le même temps.

 

TF1 avait payé 230 millions d'euros pour son rachat de 33,5% de Groupe AB en avril 2007, valorisant le total du groupe à environ 685 millions.

 

"Nous estimons que l'activité vaut désormais considérablement plus étant donné la croissance de la TNT en France et la solide croissance des audiences de leurs chaînes", souligne ABN Amro.

 

TMC est, avec W9 (groupe M6), le leader de la TNT, avec une part d'audience nationale de 2,4% en avril contre 2,0% un an plus tôt, selon Médiamétrie. NT1 se classait le même mois quatrième derrière NRJ 12, avec une part de 1,3% contre 1,0% un an plus tôt.

 

La chaîne TF1 a en revanche subi en avril un recul de 0,9 point sur un an de sa part d'audience à 26,3%, poursuivant une tendance de baisse continue.

 

TF1 atteint ainsi le seuil maximum des chaînes qu'il peut posséder sur la TNT, en comptant la chaîne d'information LCI, Eurosport et TF6, détenue à parité avec M6, ainsi que le "canal bonus" qui lui sera attribué à l'extinction de la diffusion en analogique fin 2011.

 

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) estime que les deux tiers des foyers français recevaient la télévision numérique fin 2008, soit un total de 16,8 millions.

 

Le groupe de télévision a également précisé que les autres activités de Groupe AB - un catalogue, un bouquet de chaînes payantes et une plate-forme satellitaire - seraient détenues par une société nouvelle.

 

TF1 conservera dans cette nouvelle entité une participation identique à celle de 33,5% qu'elle détient actuellement dans Groupe AB et sur laquelle l'équipe dirigeante du groupe de Claude Berda disposera d'une option d'achat d'ici deux ans pour 155 millions d'euros.

 

La filiale à 43% de Bouygues déboursera en outre 1,5 million d'euros pour porter sa participation de 33,5% à 49% dans WB Television, holding détenue par Claude Berda qui contrôle les chaînes francophones belges AB3, AB4 et Videoclick.

 

Le groupe rappelle qu'il disposait à la fin mars de 950 millions d'euros de lignes bilatérales confirmées non utilisées, ainsi que d'une option de vente sur sa participation dans Canal+ France exerçable en février 2010 pour un montant minimum garanti de 746 millions d'euros.

 

TF1, qui avait confirmé lors de l'assemblée générale du 17 avril l'existence de discussions avec Groupe AB après des rumeurs récurrentes en ce sens, dit espérer signer l'accord dans les prochaines semaines.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine