Accéder au contenu principal

Des villageois révoltés lancent la chasse aux Taliban

Samedi, des habitants de la région du Haut Dir, dans le nord-ouest du pays, ont pris les armes contre les Taliban. Au quatrième jour de combat, l'armée a envoyé des hélicoptères pour soutenir ces milices locales.

Publicité

, correspondant à Islamabad

L'offensive que mènent les habitants du Haut Dir contre les Taliban est entrée dans son quatrième jour. Les villageois de cette région du nord-ouest du Pakistan, à la frontière afghane, près de Swat, ont décidé de se venger après l'attentat-suicide contre leur mosquée qui a tué, vendredi dernier, une quarantaine de fidèles. D'après la chaîne de télévision pakistanaise Geo News, 1600 hommes environ auraient pris les armes contre quelques centaines de Taliban. Mardi, l'armée pakistanaise a annoncé avoir envoyé des hélicoptères de combat pour les soutenir.

Il y a quelques semaines encore pourtant, les combattants islamistes n'étaient pas présents dans cette région. Mais l'offensive que mène Islamabad depuis le 26 avril n'a pas permis d'éradiquer l'insurrection, et beaucoup ont échappé aux militaires. En représailles, ils ont multiplié les attentats, notamment dans la ville de Lahore, dans l'est du pays.

 

Risque de guerre civile

 
Ce n'est pas la première fois que des villageois s'attaquent aux Taliban. Depuis plusieurs années, le gouvernement encourage la formation de milices villageoises pour les combattre. Mais cette stratégie est risquée : elle peut enclencher un véritable cycle de vendettas, susceptibles de durer des années et de créer une situation de guerre civile entre Pachtounes, l'ethnie majoritaire dans cette région. Le code de conduite des Pachtounes légitime, en effet, la vengeance...

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.