Accéder au contenu principal

Netanyahou en France sur fond de tension avec Washington

Le Premier ministre israélien doit rencontrer Nicolas Sarkozy. Cette visite intervient alors que la tension s'accroît avec Washington: l'entretien prévu à Paris entre Netanyahou et l'émissaire américain George Mitchell a été annulé.

Publicité

AFP - Washington a annulé une rencontre prévue jeudi à Paris entre son émissaire George Mitchell et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, après le refus d'Israël de geler la colonisation, a rapporté mercredi le quotidien israélien Yediot Aharonot.

Selon un haut responsable gouvernemental non identifié, cité par le journal, la Maison Blanche a signifié sans ambages à Israël qu'une telle rencontre n'avait pas lieu d'être aussi longtemps qu'Israël n'aura pas modifié sa position sur la colonisation juive dans les territoires palestiniens occupés.

"Ils nous ont dit qu'aussi longtemps que nous n'aurions pas complété nos devoirs de classe sur la colonisation ça ne servirait à rien que Mitchell fasse le voyage de Paris pour rencontrer le Premier ministre", a déclaré ce responsable selon le quotidien à grand tirage.

Ce dernier précise que l'administration américaine a une fois de plus réaffirmé son opposition à tout agrandissement des colonies lors de récents contacts à Washington du proche conseiller du Premier ministre, Shlomo Molkho.

Un membre de la délégation israélienne accompagnant M. Netanyahu en Italie avait déclaré mardi à l'AFP que l'entretien Netanyahu-Mitchell avait été annulé et qu'il serait remplacé par une rencontre lundi à Washington entre le ministre israélien de la Défense Ehud Barak et l'émissaire spécial américain.

"Ce délai permettra d'éclaircir les questions d'actualité en suspens", avait-il ajouté, sans autre précision.

M. Netanyahu était censé rencontrer M. Mitchell jeudi à Paris après un entretien avec le président Nicolas Sarkozy.

Lors de son discours le 4 juin au Caire adressé au monde musulman, le président américain Barack Obama avait appelé à un gel total de la construction dans les colonies de Cisjordanie occupée.

Israël s'y oppose et entend poursuivre la colonisation sous motif "d'expansion naturelle" des implantations existantes, compte tenu de leur démographie.

Le 9 juin, M. Netanyahu s'était entretenu pendant quatre heures à Jérusalem avec M. Mitchell juin alors qu'il préparait le discours au cours duquel il devait accepter pour la première fois publiquement le principe d'un Etat palestinien aux côtés d'Israël tout en posant des conditions draconiennes.

Mardi à Rome, le Premier ministre israélien a maintenu ses positions sur la colonisation en déclarant qu'il ne permettrait pas "la création de nouvelles colonies, ni la saisie de terres, mais que la vie doit continuer".

M. Netanyahu a fait preuve d'un certain optimisme en s'affirmant convaincu qu'il était possible de "trouver un arrangement" avec Washington.

Depuis l'occupation de la Cisjordanie en juin 1967, près d'un demi million d'Israéliens s'y sont installés dont près de 200.000 à Jérusalem-est annexée.
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.