Accéder au contenu principal

Mauresmo et Simon se hissent en huitièmes

Les Français Gilles Simon et Amélie Mauresmo se sont qualifiés pour les huitièmes de finale du tournoi londonien. Le premier affrontera l'Espagnol Juan Carlos Ferrero, la seconde la Russe Dinara Safina.

PUBLICITÉ

AFP - Le N.1 Français Gilles Simon a pris samedi sa revanche sur son tombeur de Roland-Garros, le Roumain Victor Hanescu, qu'il a balayé en trois sets (6-2, 7-5, 6-2) pour se qualifier pour le premier huitième de finale de sa carrière à Wimbledon.

Seul rescapé français du tableau messieurs, Simon affrontera au prochain tour le Chilien Fernando Gonzalez (N.10) ou l'Espagnol Juan Carlos Ferrero.

C'est la première fois depuis le mois de février et le tournoi de Dubaï que Simon gagne trois matches consécutifs. Cette victoire est d'autant plus rassurante qu'une douleur persistante au genou le gênait depuis plusieurs semaines, comme au tournoi préparatoire du Queen's.

Samedi, Simon a été aussi expéditif que le Roumain avait pu l'être à Roland-Garros (6-4, 6-4, 6-2).

Appuyé sur un bon service qu'il n'a jamais perdu, très serein, il a dominé le match de bout en bout, réussissant de nombreux points gagnants. A l'inverse de ce qui s'était passé à Roland-Garros, il a marqué les points importants, convertissant cinq balles de break sur huit.

 

Amélie Mauresmo a confié samedi, après son succès au 3e tour de Wimbledon sur l'Italienne Flavia Pennetta, qu'elle retrouvait sur gazon un plaisir et des sensations oubliés depuis 2006, l'année de son sacre londonien.

"L'an passé, je jouais pas mal mais j'étais blessée. En 2007, je suis arrivée après une appendicite. Là, je retrouve de bonnes sensations", a déclaré la Française après son succès en deux sets, 7-5, 6-4.

"Par rapport aux deux dernières années, c'est bien mieux. Pas seulement cette semaine. Je m'amuse plus que les deux années précédentes. C'était l'objectif: m'amuser de nouveau sur le court, retrouver des émotions, ce qui a été le cas plusieurs fois cette année", s'est félicitée Mauresmo, qui devrait affronter en huitième la N.1 mondiale Dinara Safina.

Si elle n'a évidemment ni la même importance ni la même signification, cette victoire de la 17e mondiale est sa première à Wimbledon contre une joueuse mieux classée qu'elle depuis sa finale contre Justine Henin en 2006.

Ce match face à une joueuse qui l'avait battue en février en Fed Cup était le premier gros test pour Mauresmo après deux tours sans grande signification.

Personne, et sans doute même pas elle-même, ne savait trop quoi attendre d'elle sur gazon après un tournoi d'Eastbourne raté, où elle s'était fait sortir dès le deuxième tour par Ekaterina Makarova, 46e mondiale.

Certes, le gazon de Wimbledon est de moins en moins rapide de l'avis général, avec "plus de jeu de fond de court", ce qui ne fait pas forcément les affaires de Mauresmo, 29 ans.

Safina n'impressionne pas

Mais le match de samedi, "une grosse bagarre", a apporté son lot de satisfactions à la Française. D'abord un service performant qui s'est amélioré au fil du match, Pennetta se voyant offrir de moins en moins d'occasions sur la mise en jeu de son adversaire.

Dans un match serré où Mauresmo reconnaît avoir "rarement mis en danger" son adversaire, elle a également beaucoup mieux géré les points importants, "ce qui a fait la différence". Elle a sauvé neuf des dix balles de break concédées et a en revanche transformé la moitié de celles qu'elle s'est procurées (3 sur 6).

Du coup, Mauresmo, sortie sous une "standing ovation" du court N.3 où elle a été reléguée depuis le début du tournoi, "espère" créer la surprise en deuxième semaine.

Une victoire contre Safina la qualifierait pour ses premiers quarts de finale depuis son année de référence, 2006, quand elle avait gagné l'Open d'Australie et Wimbledon avant de se hisser en demi-finale de l'US Open.

Safina n'a guère convaincu depuis son arrivée à Londres, bousculée par des "petites clientes" sur gazon, Lourdes Dominguez et Rossana De Los Rios.

Le parcours de Mauresmo est la principale satisfaction d'une première semaine sans coup d'éclats pour les Français. Seule autre rescapée chez les dames, Virginie Razzano affrontera en 8e de finale l'Italienne Francesca Schiavone, qu'elle n'a jamais battue.

 

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.