Accéder au contenu principal
PAKISTAN

La tête d'un chef taliban mise à prix pour plus de 600 000 dollars

Texte par : Dépêche
2 min

Le Pakistan offre 615 000 dollars de récompense pour toute information conduisant à la capture, "mort ou vif", de Baïtullah Mehsud, suspecté d'être un relais clé d'Al-Qaïda dans le pays et d'y avoir commandité plusieurs attentats.

Publicité

 AFP - Les autorités pakistanaises ont offert dimanche 615.000 dollars pour toute information menant à la capture, "mort ou vif", du commandant taliban Baïtullah Mehsud contre lequel l'armée pakistanaise dit préparer une offensive d'ampleur dans le nord-ouest du pays.

Deux quotidiens nationaux en ourdou ainsi que plusieurs journaux locaux dans la grande ville du nord-ouest, Peshawar, ont publié l'annonce gouvernementale promettant 50 millions de roupies (615.000 USD) pour la capture de Baïtullah Mehsud.

Des récompenses allant de 10 à 15 millions de roupies sont également offertes pour dix de ses lieutenants.

"Le gouvernement a annoncé une récompense en liquide pour quiconque fournirait une authentique information conduisant à leurs captures, morts ou vifs", indique l'annonce.

"Des innocents périssent à cause des activités sanguinaires de ses soi-disant gardiens de l'islam", poursuit le texte.

C'est la première fois que les autorités pakistanaise mettent à prix la tête du chef taliban décrit par le département américain comme "un facilitateur clé d'Al-Qaïda dans les zones tribales".

"La liste a été publiée par le ministère de l'Intérieur et elle l'a été, pour la première fois, en lien avec les différentes agences en charge de la sécurité qui ont fourni d'inestimables renseignements au gouvernement", a indiqué Fayyaz Tooro, ministre de l'Intérieur de la Province-Frontière du Nord-Ouest (NWFP) dont Peshawar est la capitale.

Principal chef rebelle taliban du Pakistan accusé de nombreux attentats sanglants, Baïtullah Mehsud reste insaisissable malgré une mise à prix de cinq millions de dollars déjà offerte par les Etats-Unis et il continue à harceler les autorités depuis son fief des zones tribales du nord-ouest.

L'armée se déclare depuis deux semaines sur le point de lancer l'assaut contre Mehsud et ses hommes dans le Waziristan du Sud, l'un des sept districts tribaux frontaliers de l'Afghanistan.

Les forces pakistanaises, qui bombardent régulièrement les zones tribales, ont déjà déclenché fin avril une offensive dans la région voisine de Swat, sous la pression des Etats-Unis inquiets de voir les talibans y progresser et se rapprocher de la capitale Islamabad.

En représailles, les talibans ont intensifié une campagne d'attentats frénétique, qui a déjà fait près de 2.000 morts depuis deux ans. Beaucoup ont été revendiqués par le Mouvement des talibans du Pakistan (Tehreek-e-Taliban Pakistan, TTP) de Baitullah Mehsud.

Ce mouvement a revendiqué le premier attentat suicide vendredi au Cachemire pakistanais.

Les zones tribales du Nord-Ouest pakistanais sont considérées par Washington comme un repaire des talibans et de leurs alliés d'Al-Qaïda, à qui Baitullah Mehsud a fait allégeance.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.