Accéder au contenu principal

Cheb Mami devant la justice pour violences sur son ex-compagne

Le chanteur de raï franco-algérien Cheb Mami, arrêté lundi à l'aéroport d'Orly, comparaît devant le tribunal correctionnel de Bobigny pour avoir tenté en 2005 un avortement forcé sur son ancienne compagne.

Publicité

Poursuivi pour "complicité d’enlèvement et séquestration, violences volontaires et menaces" sur son ancienne compagne, le chanteur franco-algérien Cheb Mami – Mohamed Khelifati de son vrai nom – comparaît ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Bobigny, en région parisienne.

 

Le "prince du raï", 42 ans, a été arrêté lundi à l’aéroport d’Orly, alors qu’il revenait d’Algérie où il était en fuite depuis deux ans. Il est accusé d’avoir tenté de faire avorter par la force son ancienne compagne, Camille (son prénom a été modifié), une photographe de presse.

 

Le chanteur nie une partie des faits et crie au "complot". Il accuse son ancien manageur Michel Levy d’avoir "été l’instigateur de cette affaire". L’homme comparaît d’ailleurs le même jour et pour les mêmes motifs. Deux autres de ses complices présumés seront absents.

 

"Attirée à Alger, droguée et séquestrée"

 

En août 2005, après avoir annoncé sa grossesse à son compagnon rencontré au cours d’une interview en 2004, l’ex-compagne de Mami raconte qu’elle a été attirée à Alger. Une fois sur place, elle assure avoir été droguée puis emmenée dans une villa, où deux femmes et un homme auraient essayé de la faire avorter. Après une nuit de calvaire, Camille est dit avoir été jetée dans un taxi, avant de rentrer en France. C’est là qu’elle porte plainte.

 

Elle apprend par la suite que son bébé est toujours vivant. Enregistré par la police judiciaire lors d’un appel téléphonique, le chanteur, cité par le Figaro, déclare : "Tu n’as plus de bébé : le sang, je l’ai vu." La jeune femme accouche finalement d’une petite fille en mars 2006.

 

Incarcéré pendant trois mois à Paris, Cheb Mami est libéré après avoir versé une caution de 200 000 euros. En dépit d’une interdiction de quitter la France, le chanteur s’enfuit en Algérie. Un mandat d’arrêt international est lancé contre lui. Cheb Mami aurait tenté d’acheter le silence de Camille, en lui proposant 25 000 euros.

 

Le procès devrait durer une journée et pourrait se tenir à hui clos. La partie civile a en effet déclaré qu’elle se réservait la possibilité de faire une demande dans ce sens jusqu’à la toute dernière minute.

 

Le chanteur encourt dix ans de prison et 150 000 euros d’amende.


 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.