Accéder au contenu principal
ÉTATS-UNIS

Palin démissionne de son poste de gouverneure de l'Alaska

Texte par : Dépêche
3 min

La républicaine Sarah Palin a renoncé à son poste de gouverneure de l'Alaska. Selon des rumeurs, l'ex-colistière de John McCain pour la présidentielle de 2008 serait intéressée par l'investiture de son parti pour 2012.

Publicité

AFP - Plébiscitée par la base du parti républicain, stigmatisée par d'autres, Sarah Palin, qui a renoncé vendredi à son poste de gouverneur de l'Alaska, se définit comme un "pitbull" et ne cache pas ses ambitions politiques.

A 45 ans, l'ancienne candidate à la vice-présidence américaine, qui avait enthousiasmé les foules mais s'était aussi fait reprocher de jouer les "divas" et d'avoir causé la défaite du candidat John McCain, reste populaire auprès des plus conservateurs qui la verraient bien chef de file pour de futures échéances.

"Je ne fais pas cela pour rien", avait-elle confié peu avant l'élection présidentielle comme on lui demandait si elle envisageait de poursuivre une carrière nationale en cas de défaite républicaine.

Fervente chrétienne, elle avait aussi déclaré espérer que Dieu lui "montrerait la voie" si elle devait se lancer dans la course à la Maison Blanche.

Depuis, les spéculations n'ont cessé sur son éventuelle candidature à l'élection de 2012.

Pendant la campagne, Mme Palin, qui s'était comparée à "un pitbull avec du rouge à lèvres", avait été la caution conservatrice du "ticket" républicain. Elle avait mobilisé la base populaire de ses électeurs en assénant les coups les plus durs au candidat démocrate Barack Obama, au risque d'aliéner l'électorat centriste.

Lunettes couture, tailleurs bien coupés et coiffure rétro, cette excellente basketteuse et chasseuse de caribous, membre de la National Rifle Association qui défend le droit au port d'armes, se veut proche de l'Américain moyen, notamment dans sa façon de s'exprimer.

Quasiment inconnue avant d'être désignée fin août 2008 candidate à la vice-présidence, elle avait donné un coup de fouet aux intentions de vote en faveur des républicains avec une campagne agressive. Avant de devenir plus dissuasive pour certains électeurs estimant qu'elle n'était pas qualifiée pour éventuellement succéder à John McCain, 72 ans.

En sept semaines de campagne, ses gaffes et déclarations maladroites avaient aussi écorné son capital de crédibilité.

Née Sarah Heath le 11 février 1964 dans l'Idaho (nord-ouest), fille d'un enseignant et d'une secrétaire, cette diplômée de journalisme a couvert des événements sportifs pour une petite chaîne de télévision d’Anchorage, la grande ville d'Alaska.

En 1984, après avoir remporté le titre de Miss Wasilla, du nom de sa petite ville, elle concourt sans succès pour le titre de Miss Alaska.

Puis elle passe à la politique. En 1992, elle entre au conseil municipal de Wasilla (7.000 habitants), dont elle devient maire quatre ans plus tard. Elle est ensuite élue gouverneur en 2006 et devient la personne la plus jeune à occuper ce poste.

Avec son mari Todd Palin elle a cinq enfants dont le dernier, Trig, né en avril 2008, est atteint de trisomie 21.

De confession protestante, elle est une farouche adversaire de l'avortement.

La grossesse de sa fille Bristol, 18 ans, qui a accouché d'un petit Tripp en décembre avait été l'un des sujets de la campagne présidentielle. Bristol s'est depuis séparée du père de l'enfant, 19 ans.

Jouant les stars de la lutte anti-corruption, Sarah Palin a néanmoins été poursuivie pour plusieurs manquements à l'éthique et abus de pouvoir lors de son mandat de gouverneur. Elle a notamment été soupçonnée d'avoir licencié le chef de la sécurité publique qui avait refusé de limoger son ex-beau frère, agent de police, engagé dans un divorce houleux avec la soeur de Mme Palin.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.