Accéder au contenu principal
IRAN

Le ton monte entre Londres et Téhéran

Texte par : Dépêche
2 min

Le ministre britannique des Affaires étrangères, David Miliband (photo), exige des "clarifications urgentes" des autorités iraniennes après l'arrestation, le 28 juin, de neuf employés locaux de l'ambassade de Grande-Bretagne à Téhéran.

Publicité

AFP - La Grande-Bretagne, "très préoccupée" par le sort d'employés locaux de l'ambassade britannique à Téhéran, demande "des clarifications urgentes" à l'Iran, a déclaré vendredi le ministre britannique des Affaires étrangères David Miliband.

"Nous avons pris note des remarques de l'ayatollah Jannati qui a laissé entendre que certains de nos employés locaux en Iran pourraient être jugés. Nous demandons des clarifications urgentes aux autorités iraniennes concernées", a indiqué le ministre dans un communiqué.

Neuf employés locaux de l'ambassade britannique avaient été arrêtés le 28 juin après les manifestations contre la réélection de l'ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad à la présidentielle du 12 juin. Selon le gouvernement britannique, deux restaient détenus vendredi.

Se disant certain que les employés mis en cause "n'avaient pas pris part à des actions inappropriées ou illégales", M. Miliband a souligné que la Grande-Bretagne restait "très préoccupée par les deux employés qui restaient en détention en Iran".

Le ministre a signalé son intention de s'entretenir avec le ministre des Affaires étrangères iranien Manouchehr Mottaki, et a salué la décision de l'Union européenne de convoquer les ambassadeurs iraniens dans tous les pays européens.

Dans le cadre de cette démarche coordonnée, l'ambassadeur iranien à Londres Rasoul Movahedian a été convoqué vendredi, a indiqué le Foreign office.

Le sous-secrétaire permanent au Foreign office Peter Ricketts lui a signifié à nouveau "la nécessité que les employés de l'ambassade britannique à Téhéran soient libérés aussitôt que possible et sans poursuites", selon un porte-parole du ministère.

"L'Union européenne voit cela comme un sujet de grande inquiétude", a souligné le porte-parole alors que les 27 ont décidé vendredi de convoquer tous les ambassadeurs ou chargés d'affaires iraniens pour protester contre la poursuite de la détention des employés.

Ahmad Jannati, le chef de la plus haute instance électorale d'Iran, a annoncé plus tôt vendredi que des employés locaux de l'ambassade britannique à Téhéran allaient être traduits en justice, à la suite des manifestations qui ont suivi la réélection contestée du président Ahmadinejad.

"Dans ces incidents (liés aux manifestations, ndlr), leur ambassade était présente, des gens ont été interpellés, et naturellement ils seront traduits en justice, ils sont passés aux aveux", a déclaré l'ayatollah Jannati, chef du Conseil des Gardiens de la constitution, durant la prière du vendredi.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.