WIMBLEDON

Federer remporte la finale et entre dans l'histoire du tennis

Roger Federer a battu l'Américain Andy Roddick en finale du tournoi de Wimbledon (5-7, 7-6, 7-6, 3-6, 16-14). Avec 15 trophées, le Suisse détient désormais le record des victoires en Grand Chelem, jusque-là propriété de Pete Sampras.

Publicité

AFP - Roger Federer a gagné pour la sixième fois Wimbledon dimanche en battant l'Américain Andy Roddick en cinq sets 5-7, 7-6 (8-6), 7-6 (7/5), 3-6, 16-14 dimanche en finale et détient désormais seul le record des victoires en Grand Chelem avec 15 trophées, un de plus que Sampras.

Le Suisse s'est imposé dans un cinquième set extraordinaire par son intensité et sa longueur (1h 35 min), le plus long de l'histoire des finales de Grand Chelem.

 



Grâce à ce succès, Federer va récupérer dès lundi la place de N.1 mondial, qu'il avait laissée en août 2008 à Rafael Nadal, un peu plus d'un mois après lui avoir cédé son titre à Wimbledon dans une finale de légende.

Cette année l'Espagnol était forfait à cause d'une blessure au genou.

Federer, 27 ans, partait archi favori face à Roddick, une de ses victimes préférées qu'il avait déjà dominé 18 fois en 20 rencontres, notamment deux fois en finale de Wimbledon en 2004 et 2005 et une fois à l'US Open en 2006.

Et pourtant le Suisse eu très chaud dans une finale magnifique de 4h 16 min face à un Roddick qu'on n'avait jamais vu jouer un tel tennis.

L'Américain a semblé rater le coche lorsqu'il a eu quatre balles de set consécutives pour mener 2 manches à 0, ayant eu l'avantage 6 points à 2 dans le tie-break. Il a craqué notamment sur une volée de revers facile mise dans le couloir.

Après ce tournant, Federer a paru reprendre le dessus dans le jeu, sous les yeux d'une brochette de légendes du tennis, dont Pete Sampras, Bjorn Borg et Rod Laver.

Impressionnant au service (50 aces !), il a commencé à sortir des coups exceptionnels, en particulier quelques passings spectaculaires.

Mais Roddick ne s'est pas effondré, ce qui était déjà en soit une grande performance, et le Bâlois a dû avoir recours au tie-break, son exercice favori, pour mener 2 sets à 1. Sur les 34 jeux décisifs qu'il a disputés depuis son premier titre à Wimbledon en 2003, Federer en a gagné 30.

Mais contre toute attente, ce deuxième coup dur n'a pas abattu l'Américain, qui a fait le break pour mener 3 à 1 dans le quatrième set avant d'égaliser deux manches partout.

Dans le cinquième set, la tension a atteint son comble. Les deux hommes se sont tenus jusqu'à 14-15 et au break enfin réussi par le Suisse après une bataille des nerfs d'un très haut niveau tennistique. Federer avait effacé deux balles de break à 8-8.

Vainqueur il y a un mois à Paris du dernier tournoi du Grand Chelem qui manquait à son palmarès, le Bâlois est le quatrième joueur de l'ère Open (1968) à réussir le doublé Roland-Garros/Wimbledon après Laver, Borg et Nadal l'année dernière.

Il s'approche à une victoire des sept titres de Sampras sur l'herbe anglaise et efface le souvenir d'une des défaites les plus douloureuses de sa carrière, celle subie l'année dernière en finale contre Nadal.

Roddick, 26 ans, perd sa quatrième finale de Grand Chelem contre Federer (3 à Wimbledon et une à l'US Open). Son seul succès majeur reste celui remporté en 2003 à l'US Open.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine