Accéder au contenu principal

Pari (encore) réussi pour les Eurockéennes de Belfort

Les Eurockéennes de Belfort, qui se sont tenues du 3 au 5 juillet, ont à nouveau fait un carton plein: quelque 95 000 personnes sont venues se déhancher, sauter et hurler au rythme de la musique. Une édition au programme éclectique.

Publicité

"On veut du feu !", s’écrie un festivalier en courant. A coups de coude, il traverse la foule et arrive péniblement devant la scène pour acclamer son groupe favori, The Prodigy. Le groupe britannique est en tête d’affiche et sait attirer la foule. "Tout le monde assis", hurle le chanteur principal Keith Flint. C’est le refrain de "Smack My Bitch Up", une chanson connue dans le monde électro. Roulement de tambours et les milliers de fans bondissent en même temps, fous de joie. "J’adore. Ils sont trop bien !" dit Renaud, 25 ans. Et il n’y a pas qu’eux, la programmation est géniale cette année."

 


Les Eurockéennes ont poussé l’éclectisme jusqu’au bout en programmant des groupes de tous genres, pop, rock, folk mais aussi hip hop et reggae. Les festivaliers sont eux aussi très variés. On aperçoit des gothiques, des punks, des hippies, et des gens avec des tenues vestimentaires plus discrètes. "Ce qui est bien ici, c’est la solidarité. Tout le monde se parle, on écoute de la musique, on danse. C’est beau", dit Laura, 18 ans.

Tentes, barbecue et piscine gonflable

Au milieu du brouhaha, un couple observe la scène en souriant. André et Irenne ont 72 ans. "On est venus par curiosité, c’est la découverte, dit Irenne. C’est la première fois que je viens ici, c’est mon mari qui m’a poussé à venir. Je découvre."

Plus de la moitié des spectateurs ont choisi de camper pendant toute la durée du festival, soit trois jours. Céline, 20 ans, est venue de Joncherey, à une vingtaine de kilomètres de Belfort, avec une douzaine d’amis. "On a tout prévu, des tentes, un barbecue, on a même emmené une piscine gonflable, dit-elle. Je n’ai dormi qu’une heure cette nuit, il y a beaucoup d’ambiance."

 


Habillée en maillot de bain noir et en short, Céline a écrit "La Rockeuse" sur son corps avec un crayon de kohl. "Je suis un peu dégoutée des têtes d’affiches, dit-elle. Du hip hop à un festival de rock, ça fait tâche." "C’est les Eurockéennes, pas les Eurapéennes", renchérit Valentin, 18 ans. Le groupe d’adolescents a décidé de boycotter le concert du chanteur américain Kanye West et du rappeur français Sefyu.

 

Danseuse nues

Pourtant, Kanye West a attiré des milliers de spectateurs samedi soir. Son groupe de danseuses nues et peintes en or y est sans doute pour quelque chose. Le rappeur américain a envouté le public avec ses tubes "American Boy" et "Gold Digger" et, comme la plupart des artistes étrangers, il a gagné le cœur des Françaises avec ses quelques mots de français… "Merci bocoupe", a-t-il dit, sourire aux lèvres.

Le festival des Eurockénnes s’est terminé dimanche soir. Même si la dernière journée était un peu plus couverte que les autres, les festivaliers ont pu profiter de trois jours de musique et de danse sur un site unique, la presqu'île du Malsaucy.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.