Accéder au contenu principal

Le gouvernement intérimaire refuse le projet du médiateur

Médiateur dans la crise du Honduras, le président du Costa Rica, Oscar Arias, a proposé le retour au pouvoir de Manuel Zelaya, le président destitué, jusqu'à la fin de son mandat, ainsi qu'une élection présidentielle anticipée.

PUBLICITÉ

AFP - Le médiateur dans la crise au Honduras, le président du Costa Rica, Oscar Arias, a proposé samedi aux deux camps le retour au pouvoir de Manuel Zelaya, le président destitué, jusqu'à la fin de son mandat, ainsi qu'une élection présidentielle anticipée et une amnistie générale.

M. Arias n'avait pas réussi, dans la soirée, à faire accepter le retour du président déchu, hypothèse rejetée à l'avance par le chef de l'Etat de facto, l'ex-président du Congrès Roberto Micheletti.

"Ils ne se sont pas mis d'accord sur le retour de Zelaya", a-t-on confirmé à l'AFP de source diplomatique.

M. Micheletti ne devrait pas faire de nouvelle déclaration avant la fin de la rencontre de San Jose, dimanche, selon son chargé de presse, Cesar Caceres.

Le médiateur a demandé aux deux camps d'éviter tout commentaire public pendant le dialogue, a précisé M. Caceres.

M. Arias, dont la médiation a le soutien de la communauté internationale, a proposé samedi le retour de M. Zelaya à la tête d'un gouvernement d'union nationale jusqu'au terme prévu de son mandat, le 27 janvier 2010.

Cette solution s'accompagnerait, selon sa proposition, d'une "amnistie générale appliquée exclusivement à tous les délits politiques commis à l'occasion de ce conflit, avant et après le 28 juin dernier".

Dans ce contexte, M. Zelaya et son gouvernement doivent "renoncer expressément" à leur projet de consultation par les urnes sur le projet de réforme de la Constitution, qui aurait pu autoriser un mandat présidentiel supplémentaire.

C'est pour empêcher cette consultation, prévue le 28 juin, que les militaires et le camp de M. Micheletti ont réagi en arrêtant M. Zelaya et en l'expulsant du pays. La Constitution du Honduras stipule que le président est élu pour un mandat unique.

M. Arias propose aussi d'avancer l'élection présidentielle prévue le 29 novembre, et de confier le commandement de l'armée au Tribunal suprême électoral "un mois avant le scrutin".

Une commission internationale, où l'Organisation des Etats américains (OEA) aura des représentants, "veillera au respect de ces accords et supervisera le retour à l'ordre constitutionnel", prévoit enfin M. Arias.

M. Arias avait avancé cette proposition de gouvernement d'union nationale et d'amnistie quelques jours avant ce deuxième rendez-vous de médiation à San Jose. Le premier, samedi dernier, avait tourné court, avec un départ anticipé de M. Micheletti, qui avait évité de rencontrer M. Zelaya.

Samedi, les partisans de M. Zelaya avaient maintenu la pression à distance, en manifestant à Tegucigalpa et en bloquant encore comme la veille les principaux accès à la capitale et d'autres routes à travers le pays.

De brefs incidents ont mis aux prises des partisans des deux camps dans le nord du pays, faisant quelques blessés légers.

M. Zelaya, soutenu par la communauté internationale, a souvent répété qu'il comptait revenir au Honduras en président. Il avait lancé à la fois un "ultimatum" à ceux qui l'ont évincé et un appel à "l'insurrection" au "peuple du Honduras".

Il avait également laissé planer la menace d'un retour par surprise, mais les Etats-Unis, très présents dans le dossier du Honduras, ont manifesté vendredi leur désapprobation d'un tel projet.

M. Zelaya avait tenté en vain de revenir par avion au Honduras le 5 juillet.

Le coup d'Etat du 28 juin a isolé le Honduras, pays pauvre de près de huit millions d'habitants, auquel les Etats-Unis et les organismes financiers internationaux ont suspendu leur aide.

Elu fin 2005 pour un mandat de quatre ans non renouvelable, M. Zelaya, magnat de l'industrie du bois et élu d'un parti libéral, s'est rapproché de la gauche radicale incarnée dans la région par le président vénézuélien Hugo Chavez.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.