Accéder au contenu principal

Deux incendiaires condamnés à de la prison ferme en Corse

Alors que des feux ravagent depuis jeudi la Corse-du-Sud, deux incendiaires ont été condamnés ce lundi à Bastia: l'un à deux ans de prison ferme, l'autre à huit mois ferme. L'incendie d'Aullène était bien stabilisé lundi soir.

Publicité

AFP - L'incendie qui a ravagé depuis jeudi 3.500 hectares à Aullène (Corse-du-Sud), est toujours actif "mais bien stabilisé", ont indiqué lundi soir les pompiers qui constataient une amélioration mais craignaient une reprise du vent mardi.

Pompiers et enquêteurs ont poursuivi leurs efforts lundi, les premiers pour en finir avec ce feu au nord-est de Sartène, les seconds pour enrayer la vague de mises à feu volontaires à l'origine d'une partie des sinistres de l'île.

Huit auteurs présumés d'incendies ont été arrêtés dans l'île de Beauté en une dizaine de jours. Deux d'entre eux, de jeunes éleveurs de Haute-Corse, ont été condamnés lundi à Bastia, l'un à deux ans de prison ferme, l'autre à huit mois ferme pour destructions volontaires par incendies. Ils ont été écroués.

Près de 6.000 hectares de végétation ont été détruits depuis jeudi dans trois incendies, près d'Aullène, autour de Peri près d'Ajaccio et entre Sartène et Bonifacio. Les deux derniers sont fixés et sous surveillance.

Autour d'Aullène, au coeur du parc régional de Corse, les pompiers ont diversifié lundi leurs modes d'attaque. En plus des tonnes d'eau et de retardant déversées par les Canadair, les Trackers et les Dash, le commandement a décidé de tracer un layon en rasant la végétation sur une largeur de 5 à 10 mètres et sur plusieurs centaines de mètres de long pour empêcher les flammes de passer.

"La situation s'est vraiment améliorée", a souligné le colonel des pompiers Pierre Salinesi qui a survolé la zone d'Aullène vers 18H00. "Il reste des fumerolles à traiter. C'est une situation qui invite à l'optimisme".

Les pompiers s'employaient toujours lundi soir à tenir les cols de la Vaccia et de Siu, deux verrous au nord et au sud d'Aullène, pour éviter de voir les flammes basculer en contrebas et ravager d'autres vallées. Mais les fumées étaient beaucoup moins denses que la veille, a constaté une correspondante de l'AFP.

La surface globale incendiée dans la zone d'Aullène n'a guère évolué car, par endroits, le feu repasse sur des parcelles qui, jusque là, avaient seulement été parcourues par les flammes. "Quand le feu avance à grande vitesse comme cela a été le cas jusqu'à samedi, tout le végétal n'est pas consumé et cela donne lieu a des reprises", a expliqué le commandant Bruno Maestracci.

A propos des condamnations lundi à Bastia, le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux a estimé que "la célérité de ces jugements est la preuve que nous ne laisserons aucun répit aux incendiaires criminels et que l'autorité judiciaire saura les sanctionner sans délai".

"C'est cher payé pour des incendies qui ont parcouru 300 m2", a réagi pour sa part Me Michèle Babin, l'avocate de Jean-Baptise Bourdiec, condamné à deux ans de prison ferme. "Ils ont été condamnés au regard des feux de forêts en Corse-du-sud, ils ont payé pour l'exemple. C'est beaucoup pour des primo-délinquants", a-t-elle dit.

"Je regrette, je ne m'explique pas mon geste, je n'étais pas dans mon état normal", a déclaré Jean-Baptise Bourdiec, à l'audience. "Bourdiec était sous l'emprise de l'alcool. J'avais peur, je n'ai pas su m'imposer", a expliqué son collègue, condamné à huit mois ferme.

Le procureur, Jean-Jacques Fagni, a qualifié les faits "d'inexcusables, d'intolérables dans un contexte de pression incendiaire et de danger pour l'environnement".

Mardi, un hôtelier de 68 ans, interpellé près d'Evisa (Corse-du-Sud) et mis en examen pour "destruction involontaire par incendie" répondra de son geste en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel d'Ajaccio.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.