Accéder au contenu principal
ÉTATS-UNIS

Pour la première fois en un an, la Fed parle de stabilisation

Texte par : Dépêche
3 min

Même si elle ne parle pas de reprise, la Réserve fédérale a, pour la première fois depuis le début de la crise, évoqué une amorce de "stabilisation" de l'économie américaine, tout en précisant que l'activité demeurait à un niveau faible.

Publicité

AFP - La Réserve fédérale des Etats-Unis a mentionné mercredi pour la première fois cette année dans son rapport de conjoncture (Livre beige) une amorce de stabilisation de l'activité économique au niveau national, même si celle-ci "continue d'être faible".

C'est le commentaire le plus positif employé depuis le début de la baisse de l'activité, vers la mi-2008, par ce document publié en prévision des réunions de politique monétaire de la banque centrale américaine, en l'occurrence celle des 11 et 12 août.

Selon les données collectées par les branches régionales de la Fed, "l'activité économique continue d'être faible en ce début d'été, mais la plupart des branches régionales ont indiqué que le rythme de baisse s'est ralenti depuis le dernier rapport (mi-juin, ndlr) ou que l'activité a commencé à se stabiliser, même si c'est à un niveau bas".

Quatre antennes régionales (New York dans le nord-est, Cleveland dans le nord, Kansas City dans le centre et San Francisco dans l'ouest) "ont relevé des signes de stabilisation".

Les huit autres ont soit employé les mots d'activité "lente" ou "faible", soit "rapporté que le rythme de la baisse semble ralentir", soit continué d'expliquer que "l'économie s'était contractée depuis le dernier rapport".
  

La Fed est cependant loin de parler de reprise.

Elle a souligné que "le marché de l'emploi reste mauvais, avec la plupart des secteurs qui soit réduisent leurs effectifs soit les maintiennent constants, et le niveau total d'emploi qui continue à baisser". Les salaires sont généralement "stables ou en baisse".

Dans l'immobilier, secteur considéré comme essentiel pour mettre fin à la récession, le marché résidentiel "est resté faible", malgré "quelques signes d'amélioration", d'après la banque centrale.

"En revanche, le marché de l'immobilier commercial a encore empiré" ou "est resté faible" selon les régions, a noté la Fed.

La Fed a fait état d'une "activité léthargique du commerce" dans la plus grande partie du pays, avec "de nouvelles baisses des ventes" dans trois régions et des résultats "mitigés ou quelque peu positifs" dans cinq autres.

"La consommation au début de l'été est restée en dessous des niveaux d'un an plus tôt dans la plupart des régions, les ménages restant attentifs aux prix", a expliqué la banque centrale. Le chiffre d'affaires du tourisme "a baissé" par rapport à l'été précédent.

L'évolution de l'activité industrielle diverge selon les régions et les secteurs. Dans l'ensemble, elle reste "modeste" et "légèrement supérieure" à celle mentionnée dans le rapport de juin, grâce à une "reconstitution des stocks de produits finis".
   -acti
Dans le secteur financier, "l'activité globale de prêt a été stable ou s'est encore affaiblie pour la plupart des catégories de prêts".

"Les entreprises restant pessimistes et réticentes à emprunter, la demande de prêts commerciaux et industriels a continué à baisser ou rester faible", tandis que "la demande de prêts à la consommation a reculé", ou "s'est stabilisée à des niveaux bas" en fonction des régions, a détaillé la Fed.

Dans ses dernières prévisions économiques, la banque centrale a estimé que la première économie mondiale devrait redémarrer "lentement" au second semestre, après quatre trimestres consécutifs de recul du produit intérieur brut.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.