Accéder au contenu principal
DIPLOMATIE

Hillary Clinton poursuit son marathon africain au Nigeria

Texte par : Dépêche
3 min

La secrétaire d'État américaine est au Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique et cinquième étape de sa tournée sur le continent. Elle doit rencontrer des élites politiques du pays pour parler démocratie et lutte contre la corruption.

Publicité

AFP - Bonne gouvernance, corruption et violences religieuses sont au programme de la visite mercredi de la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton au Nigeria, une puissance africaine avec laquelle Washington souhaite resserrer les liens.

Au cours de cette cinquième étape de sa tournée en Afrique, Mme Clinton, arrivée à Abuja mardi soir, doit notamment s'entretenir avec le président du pays le plus peuplé du continent, Umaru Yar'Adua.

Elle doit également participer à une table ronde avec des dignitaires religieux nigérians, après les récentes violences religieuses dans le nord qui ont fait des centaines de morts.

Selon le conseiller Afrique de la secrétaire d'Etat américaine, Washington juge cruciales ses relations avec le Nigeria, une puissance pétrolière qui alimente le marché américain.

"Le Nigeria est sans aucun doute le pays le plus important d'Afrique subsaharienne", a indiqué à des journalistes Johnnie Carson, secrétaire d'Etat adjoint aux Affaires africaines, dans l'avion transportant Mme Clinton de la République démocratique du Congo vers Abuja mardi soir.

Les Etats-Unis ont de "très bonnes relations" avec le Nigeria, selon M. Carson, qui a souligné l'importance du rôle régional joué par ce pays, qui avait notamment déployé des efforts pour stabiliser la Sierra Leone et le Liberia.

"Le Nigeria fait face à un nombre de défis importants", a-t-il cependant estimé, faisant référence notamment au sud pétrolifère du pays, en proie à des violences. Les attaques répétées de groupes armés coûtent chaque jour des centaines de milliers de barils de brut.

De plus, le Nigeria, dont la population est répartie de façon à peu près égale entre un sud chrétien et un nord musulman, est régulièrement secoué par des violences à caractère religieux.

En juillet, des affrontements entre forces de l'ordre et membres d'une secte islamiste se réclamant des talibans d'Afghanistan ont fait plus de 800 morts, selon des chiffres transmis à l'AFP.

Le président américain Barack Obama s'est engagé à prendre "un nouveau départ" avec le monde musulman, dans un souci d'améliorer les rapports avec cette partie du monde où la politique de son prédécesseur George Bush, notamment l'invasion en Irak, a souvent fait place à une certaine amertume.

Au cours de la table ronde avec les dignitaires religieux, Mme Clinton écoutera, mais surtout délivrera un message sur la bonne gouvernance et l'importance de réformes électorales, selon un responsable américain ayant requis l'anonymat.

L'élection en avril 2007 d'Umaru Yar'Adua a été marquée par de nombreuses irrégularités, selon les observateurs.

Le responsable américain a indiqué que l'ex-Première dame des Etats-Unis allait encourager le Nigeria à mettre en oeuvre des réformes électorales afin que les prochains scrutins soient moins controversés.

Mme Clinton participera également mercredi à une rencontre publique avec des représentants de la société civile, axée sur la lutte contre la corruption, un fléau au Nigeria.

La bonne gouvernance est l'un des points clé de la tournée dans sept pays africains de la secrétaire d'Etat américaine. Au cours de sa visite au Ghana, en juillet, Barack Obama avait appelé l'Afrique à se prendre en main en combattant les pratiques antidémocratiques, les conflits et la maladie.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.