Accéder au contenu principal

Le gouvernement tangue sur la question du gel de la colonisation

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou (photo), rappelle à l'ordre son ministre des Affaires stratégiques. Ce dernier a appelé le gouvernement à résister à Washington, qui demande un gel de la colonisation en Cisjordanie.

Publicité

AFP - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu tentait jeudi d'empêcher une fronde des faucons de son gouvernement en rappelant à l'ordre l'un d'entre eux, au moment où il est soumis aux pressions des Etats-Unis pour geler la colonisation.

M. Netanyahu a convoqué pour jeudi soir le ministre des Affaires stratégiques, Moshé Yaalon, à Tel-Aviv pour lui demander des explications, a annoncé la présidence du conseil.

Il a pris cette décision à la suite de déclarations controversées de M. Yaalon qui a pressé le gouvernement de s'opposer à la demande de l'administration américaine du président Barack Obama en faveur d'un arrêt total de la colonisation juive dans les territoires palestiniens occupés.

"Je n'ai pas peur des Américains, mais dans le gouvernement il y en a qui ont peur d'Obama. Il faut dire: +Ca suffit+!" a affirmé Moshé Yaalon, membre de l'aile droitière du Likoud, le parti de M. Netanyahu.

M. Yaalon, suppléant du Premier ministre et membre d'un groupe de six ministres chargés des dossiers politiquement les plus sensibles, a tenu ces propos, rapportés mercredi par les médias, lors d'une réunion organisée dimanche par Moshé Feiglin, chef d'une faction d'extrême droite au sein du Likoud.

Dans un communiqué, le bureau de M. Netanyahu a répliqué en affirmant que "les propos de M. Yaalon ne sont pas acceptables, ni sur le fond ni sur la forme, et ne reflètent pas la position du gouvernement".

Interrogé sur la centaine de colonies sauvages disséminées en Cisjordanie occupée qu'Israël s'est engagé régulièrement auprès des Etats-Unis à démanteler, M. Yaalon a estimé que les "juifs peuvent et doivent s'installer dans tout Eretz Israël (l'Israël aux frontières bibliques) pour l'éternité".

M. Yaalon a déclenché la polémique à la suite des informations sur la suspension jusqu'au début de 2010 des appels d'offres publics pour la construction de logements dans les colonies de Cisjordanie et à Jérusalem-est.

Cette mesure, qui n'a pas été annoncée officiellement, est appliquée depuis plusieurs mois sur le terrain, selon la "Paix Maintenant", une organisation opposée à la colonisation.

Mardi, M. Obama avait félicité Israël pour ce "geste qui va dans la bonne direction".

En revanche, le vice-ministre des Affaires étrangères Danny Ayalon, membre d'Israël Beiteinou, un parti ultra-nationaliste, s'est opposé à une telle initiative.

"J'espère bien qu'il s'agit d'une rumeur sans fondement, vu qu'une telle décision serait tout à fait inacceptable", a averti M. Ayalon. Israël Beiteinou, dirigé par le chef de la diplomatie Avigdor Lieberman, est la deuxième formation de la coalition gouvernementale.

Lundi, M. Yaalon avait déjà exprimé son opposition à toute concession sur les colonies sauvages que pourrait faire M. Netanyahu pour éviter une crise avec les Etats-Unis.

Accompagné du ministre de l'Intérieur Eli Yishaï, le chef du parti ultra-orthodoxe Shass, ainsi que du ministre de l'Information Youli Edelstein, du Likoud, M. Yaalon s'est rendu dans des colonies sauvages pour s'opposer à l'intention déclarée de M. Netanyahu d'évacuer une partie d'entre elles.

Selon le commentateur politique de la radio publique, Hanan Cristal, les déclarations de M. Yaalon s'intégrent dans une stratégie: "il tente de constituer autour de lui un groupe de pression d'extrême droite au sein du Likoud pour succéder un jour à Ehud Barak", le chef travailliste au poste de ministre de la Défense, explique le commentateur.

"A plus long terme, prédit-il, Yaalon aspire à devenir Premier ministre".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.