Accéder au contenu principal
CORÉE DU SUD

Pyongyang rend hommage à l'ancien président Kim Dae-jung

Texte par : Dépêche
2 min

La délégation de six représentants nord-coréens qui s'est rendue à Séoul afin de rendre hommage à l'ex-président sud-coréen Kim Dae-jung, décédé mardi à l'âge de 85 ans, est vécue comme une véritable main tendue du Nord au Sud.

Publicité

AFP - La Corée du Nord a rendu un hommage sans précédent à l'ancien président sud-coréen et prix Nobel de la Paix Kim Dae-jung, décédé mardi à l'âge de 85 ans, en envoyant vendredi une délégation à Séoul, selon des images de télévision.

Une délégation de six hauts-responsables nord-coréens, parmi lesquels Kim Ki-nam, secrétaire du parti des Travailleurs et proche du numéro un nord-coréen Kim Jong-il, est arrivée vendredi à Séoul, premiers responsables de ce haut niveau à franchir la frontière depuis près de deux ans.

Cette visite, considérée comme un nouveau geste d'apaisement du nord envers le sud, intervient après des mois de vives tensions entre les deux pays séparés depuis la guerre de Corée (1950-53).

Premiers officiels nord-coréens à rendre hommage à un président sud-coréen, les six représentants de Pyongyang se sont ensuite rendus au Parlement sud-coréen où ils ont salué la famille de l'ex-président, selon des images de la chaîne de télévision YTN.

A l'extérieur du Parlement, des manifestants criaient des slogans anti-nord-coréens.

Artisan d'une politique d'ouverture envers la Corée du Nord, l'ex-président Kim Dae-jung (1998-2003) fut le premier chef d'Etat du Sud à se rendre à Pyongyang où il signa, le 15 juin 2000 avec son homologue nord-coréen Kim Jong-il, une déclaration commune marquant le réchauffement des relations.

Sa politique lui avait valu en 2000 le prix Nobel de la Paix.

Des funérailles nationales seront célébrées dimanche au Parlement.

Le régime communiste, qui montre actuellement des signes de relatif apaisement, a promis jeudi de lever les restrictions pour les passages transfrontaliers avec le sud, notamment par la voie ferrée, et de restaurer un canal officiel de communications entre les deux pays.

Le régime communiste a également accepté de restaurer temporairement une ligne téléphonique entre les deux pays, suspendue en novembre.

Pyongyang avait déjà accepté lundi la reprise des voyages entre les deux Corées, l'assouplissement des contrôles frontaliers avec la Corée du Sud et l'accroissement du nombre des réunions familiales.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.