Accéder au contenu principal

Le fils de Kadhafi évoque des contrats avec Londres qui dément

Seïf al-Islam, le fils du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, a affirmé que la libération d'al-Megrahi, condamné pour l'attentat de Lockerbie de 1988, était lié à des contrats commerciaux avec Londres. Le Royaume-Uni a fermement démenti.

Publicité

AFP - Le ministère britannique des Affaires étrangères a démenti vendredi soir que la libération la veille par l'Ecosse du Libyen Abdelbaset Ali Mohamed al-Megrahi, condamné pour l'attentat de Lockerbie de 1988, soit liée à des contrats commerciaux avec la Libye.

Vendredi soir, dans un entretien télévisé, Seïf al-Islam, fils du numéro un libyen le colonel Kadhafi, a affirmé que la libération d'al-Megrahi était liée à l'intérêt de la Grande-Bretagne pour les réserves libyennes de gaz et de pétrole.

"Il n'y a aucun arrangement", a assuré un porte-parole du Foreign Office, interrogé par l'AFP. "Toutes les décisions relatives au cas Megrahi ont été exclusivement du ressort de ministres écossais" et d'autorités politiques et judiciaires en Ecosse, a-t-il indiqué.

"Aucun marché n'a été passé entre le gouvernement du Royaume uni et la Libye concernant le cas Megrahi et les intérêts commerciaux dans ce pays", a-t-il poursuivi.

Plus tôt dans la journée, le ministre britannique des Affaires étrangères, David Miliband, s'était insurgé contre les suggestions selon lesquelles Londres aurait voulu la libération de al-Megrahi afin d'améliorer les relations commerciales avec la Libye, riche en pétrole.

"Je le rejette totalement", a-t-il déclaré. "C'est une insulte, à la fois à mon égard moi et à l'égard du gouvernement" britannique, a-t-il ajouté.
   

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.