Accéder au contenu principal

Les émeutiers du Xinjiang pourraient être jugés cette semaine

Selon le quotidien officiel anglophone "China Daily", les premiers procès des émeutiers arrêtés lors des violences qui avaient secoué, le 5 juillet dernier, le Xinjiang, dans l'Ouest de la Chine, pourraient s'ouvrir cette semaine.

Publicité

REUTERS - Les premiers procès des personnes arrêtées lors des émeutes du 5 juillet dans le Xinjiang, en Chine de l'Ouest, débuteront probablement cette semaine, rapporte lundi le quotidien officiel anglophone China Daily.

Ces procédures pourraient raviver les tensions dans la vaste région occidentale chinoise où de nombreux Ouïgours dénoncent la présence croissante des Chinois de l'ethnie Han et le contrôle exercé par le gouvernement central sur la vie culturelle et religieuse.

Plus de 200 personnes ont été officiellement arrêtées en liaison avec les émeutes et "les procès devraient débuter cette semaine", écrit le China Daily en citant un procureur d'Urumqi, la capitale régionale où se sont produits les événements.

Auparavant, les autorités avaient fait état de 83 arrestations.

Les violences qui ont opposé Ouïgours musulmans et Hans, l'ethnie majoritaire en Chine, ont fait 197 morts et plus de 1.600 blessés.

"On attend une forte augmentation des mesures de sécurité dans toute la ville (d'Urumqi) en réponse aux rassemblements massifs attendus de Hans et de Ouïgours pour entendre les verdicts", déclare une source policière citée par le journal.

Les prévenus sont accusés de meurtre, d'incendie criminel, de vol, de vandalisme et "de rassemblements en foule organisée pour perturber l'ordre public". Le China Daily ne précise pas combien de personnes pourraient être jugées cette semaine.

Les autorités pourraient exploiter ces procès pour appuyer leurs affirmations selon lesquelles la présidente en exil du Congrès mondial ouïgour, Rebiya Kadeer, est l'instigatrice de ces émeutes, une accusation qu'elle rejette.

Les émeutes d'Urumqi sont intervenues après la mort de deux Ouïgours lors d'un conflit dans une usine du sud de la Chine.

Beaucoup de Ouïgours pensent que des dizaines voire des centaines de leurs congénères ont été tués dans ce conflit.

Selon les statistiques officielles, les Ouïgours, communauté musulmane et turcophone, représentent 46% des 21,3 millions d'habitants du Xinjiang, dont ils constituaient auparavant une large majorité de la population.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.