Accéder au contenu principal
FRANCE

Quatre nouvelles caches d'armes de l'ETA découvertes dans le Sud

Texte par : Dépêche
2 min

Quatre nouvelles caches du mouvement séparatiste basque ont été découvertes dans le sud de la France, ce qui porte à dix le nombre de dépôts d'armes et d'explosifs appartenant à l'ETA localisés par la police en moins d'une semaine.

Publicité

AFP - Quatre caches de l'ETA ont été découvertes lundi dans le sud de la France, portant à dix le nombre de dépôts d'armes et d'explosifs de l'organisation séparatiste basque mis au jour depuis mercredi, tandis que trois etarras présumés ont été mis en examen dans un autre dossier.

Dans une cache à Pardailhan (Hérault), les policiers ont découvert huit fûts contenant au total 210 litres d'ammonitrate, un produit pouvant être utilisé à des fins explosives, selon des sources proches de l'enquête.

Une deuxième cache, située à Montclar dans l'Aveyron contenait une centaine de plaques minéralogiques qui proviennent du vol d'une fabrique de plaques d'immatriculation commis en mars 2006 dans l'Ain, selon une source judiciaire.

La troisième cache, située sur la commune de Mas-Cabardès (Aude) ne contenait que deux fûts vides.

Enfin la quatrième cache a été découverte sur la commune de Minerve (Hérault). Elle contenait 25 plaques d'immatriculation.

Ces dépôts clandestins, découverts par la sous-direction antiterroriste (Sdat) sur la base de renseignements de leurs homologues espagnols, portent à neuf le nombre de caches de l'ETA découvertes depuis mercredi, majoritairement dans l'Hérault.

Dans les six premières caches, les policiers ont notamment mis la main sur près de 500 kilos d'explosifs, des bombes ventouses prêtes à l'emploi, plus de 500 mètres de cordons détonants, 17 armes de poing, plus de 4.500 cartouches, 138 détonateurs, une importante quantité de matériel électronique et des manuels d'instruction.

Plusieurs armes découvertes dans ces caches proviennent du braquage d'une fabrique d'armes au cours de laquelle 350 pistolets avaient été volés en octobre 2006 à Vauvert (Gard), selon ces sources.

Dans un autre dossier, trois membres présumés de l'appareil militaire d'ETA, arrêtés mercredi matin dans une station de ski savoyarde, ont été mis en examen dans la nuit de dimanche à lundi et placés en détention provisoire, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Aitzol Etxaburu Arteche, 30 ans, Alberto Machain Beraza, 28 ans, et Andoni Sarasola Yarzabal, 36 ans, ont été mis en examen par la juge antiterroriste Laurence Le Vert notamment pour association de malfaiteurs en vue de commettre des actes terroristes.

Les trois hommes avaient été interpellées mercredi au petit matin par le Raid et la DIPJ de Lyon dans l'appartement qu'ils occupaient au Corbier-Villarembert (Savoie).

Ils avaient en leur possession une quarantaine de détonateurs, des éléments pouvant entrer dans la fabrication de systèmes explosifs, des faux papiers et des ordinateurs portables.

Ils disposaient également de quatre pistolets qui proviennent également du du braquage de Vauvert.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.