Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Brexit : la bataille de la pêche a commencé

En savoir plus

Pas 2 Quartier

"Noise": Raconter sa ville au fil du RER

En savoir plus

L’invité du jour

Farouk Mardam-Bey et Ziad Majed : "La dynastie Assad considère la Syrie comme une propriété privée"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Comment la Turquie instrumentalise l'affaire Khashoggi"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le système Mélenchon"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pascal Blanchard : "La domination des terres s'accompagne de celle des corps"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les robots envahissent nos entreprises

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la candidate libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

FRANCE

L'université d'été du Medef se penche sur "l'après-crise"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/09/2009

Le Medef inaugure son université d'été, ce mercredi, sur le campus de HEC, à Jouy-en-Josas, en banlieue parisienne. Au programme de ces trois jours de débat : la réforme des régimes de retraite et le soutien aux PME.

AFP - Une "vraie grande réforme" des retraites, susceptible notamment de mettre en place "un système mixte alliant répartition et capitalisation", constitue une "priorité absolue", estime dans Le Monde daté de jeudi la présidente du Medef, Laurence Parisot.

Concernant les compensations accordées aux mères de famille salariées du privé en matière de retraite, que le gouvernement envisage de réformer dès 2010, Mme Parisot se dit "favorable à ce que les mères continuent de bénéficier d’une année de majoration par enfant. L’autre partie doit être au libre choix de la mère ou du père", ajoute-t-elle.

La majoration de durée d'assurance (MDA) permet d'accorder aux mères de famille du privé jusqu'à deux ans de durée de cotisation par enfant, sans qu'il y ait forcément interruption d'activité après une naissance. Or, elle est sur la sellette, la justice l'ayant jugée discriminatoire envers les hommes.

A plus long terme, Mme Parisot souhaite d'autres changements: "la réforme des retraites est une priorité absolue. Il ne s’agit pas de savoir si elle doit être bouclée en 2010, en 2012 ou après. Il s’agit d’avoir l’ambition d’une vraie grande réforme, car nous sommes arrivés au bout d’un système et de ses rustines", affirme-t-elle.

"Depuis trente ans, on ment aux Français, ils le savent et en sont profondément perturbés. Il faut reculer l’âge du départ à la retraite, rechercher un système mixte alliant répartition et capitalisation, mais surtout cesser d’aborder la question de façon dogmatique comme les syndicats sont parfois tentés de le faire", ajoute-t-elle.

Première publication : 02/09/2009