Accéder au contenu principal

Les États-Unis disposent d'un "temps limité" pour gagner la guerre

Selon le secrétaire d'État à la Défense Robert Gates, les États-Unis disposent "d'un temps limité pour prouver que [la stratégie en Afghanistan] fonctionne". De moins en moins d'Américains approuvent la politique d'Obama en Afghanistan.

Publicité

AFP - Les Etats-Unis disposent d'un "temps limité" pour prouver que la stratégie du président américain Barack Obama fonctionne en Afghanistan alors que l'opinion publique s'impatiente, a admis jeudi le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates.

"Nous disposons d'un temps limité pour prouver que cette approche marche", a-t-il déclaré au cours d'une conférence de presse. Selon un sondage publié mardi, près de six Américains sur 10 sont opposés à la guerre en Afghanistan.

"Notre pays est en guerre depuis huit ans" et "il n'est pas surprenant que les Américains soient fatigués de voir leurs fils et filles prendre des risques et aller au combat", a-t-il affirmé.

Le mois d'août qui vient de s'achever a été le mois le plus meurtrier pour les troupes américaines dans le pays depuis le début du conflit en 2001.

M. Gates a toutefois défendu la stratégie du président Barack Obama, qui a fait du front afghan une de ses priorités.

"Nous comprenons les inquiétudes de nombreux Américains dans ce domaine, mais nous pensons que nous disposons désormais des ressources et de la bonne approche pour commencer à faire des progrès", a-t-il souligné, après avoir pris connaissance du rapport du nouveau commandant des forces américaines en Afghanistan, le général Stanley McChrystal. Ce rapport n'est pas encore public.

Le chef d'état-major interarmées américain, l'amiral Michael Mullen, présent aux côtés de M. Gates, a quant à lui fait valoir que les Etats-Unis ne pourraient pas vaincre Al-Qaïda si les troupes américaines quittaient l'Afghanistan.

"Il est impossible de vaincre Al-Qaïda -- la mission assignée -- à distance", a-t-il assuré.

"Je ne pense pas du tout qu'il soit temps de partir" d'Afghanistan, où sont déployés 62.000 soldats américains, a-t-il ajouté.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.