SUD-SOUDAN

Des affrontements tribaux provoquent la mort de 25 personnes

Vendredi, au Sud-Soudan, des affrontements entre des éléments armés de deux tribus ont causé la mort de 25 personnes, selon un responsable de l'Armée populaire de libération (ex-rebelles sudistes). De nombreux blessés sont à déplorer.

Publicité

AFP - Des affrontements entre des éléments armés de deux importantes tribus ont fait 25 morts et plusieurs blessés vendredi au Sud-Soudan, a indiqué samedi à l'AFP un responsable militaire sudiste.

Des hommes armés de la tribu Shillouk ont attaqué vendredi matin un village Dinka à une trentaine de kilomètres au nord de Malakal, la capitale de l'Etat pétrolier du Haut-Nil, a dit le général Kuol Diem Kuol, de l'Armée populaire du libération du Soudan (SPLA, ex-rebelles sudistes).

"Ils ont tué 20 personnes, incluant un chef et ses deux femmes, ainsi que trois enfants", a déclaré le responsable militaire, précisant que plusieurs autres personnes avaient été blessées dans cette attaque.

Des Dinka se sont ensuite vengés lors d'un raid dans un village Shillouk à proximité, tuant cinq personnes, a précisé ce responsable. "Les combats sont terminés, le secteur est maintenant sous contrôle du SPLA", a ajouté le général Kuol.

Ce dernier a affirmé que la milice à l'origine de l'attaque était appuyée par le SPLM-Changement démocratique, un nouveau parti politique émanant des ex-rebelles sudistes fondé cette année par l'ancien chef de la diplomatie soudanaise Lam Akol.

"Les blessés ont dit que la milice était dirigée par un officier qui a fait défection pour rejoindre le SPLM-Changement démocratique" de Lam Akol, a déclaré le responsable militaire.

"C'est de la fabrication.... C'est de la diffamation. Nous n'avons pas de milices" associées à notre parti, a déclaré samedi à l'AFP Lam Akol. "Ceux qui prétendent le contraire doivent montrer des preuves afin de soutenir leurs allégations", a-t-il ajouté.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine