Accéder au contenu principal
JAPON

Le futur Premier ministre veut réduire de 25 % les émissions de CO2

Texte par : Dépêche
3 mn

Yukio Hatoyama veut intensifier la lutte du Japon contre le réchauffement climatique. Alors que le gouvernement sortant s'était fixé une réduction de 8 % de ses émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2020, lui vise une baisse de 25 %.

Publicité

AFP - Le futur Premier ministre japonais Yukio Hatoyama a annoncé lundi que le Japon allait tenter de réduire de 25% ses émissions de gaz à effet de serre (GES) d'ici 2020 par rapport à 1990, revoyant à la hausse l'objectif fixé par le gouvernent sortant.

"Comme objectif à moyen terme, nous visons une réduction de 25% d'ici 2020 par rapport aux niveaux de 1990, en nous basant sur les demandes scientifiques dans l'espoir d'arrêter le réchauffement climatique", a déclaré M. Hatoyama lors d'une réunion internationale sur le changement climatique à Tokyo.

Président du Parti Démocrate du Japon (centre-gauche) victorieux des récentes élections législatives, M. Hatoyama sera désigné Premier ministre par la Chambre des députés le 16 septembre.

Ce chiffre annoncé par le prochain chef du gouvernement est plus ambitieux que la réduction de 8% fixée en juin par le Premier ministre conservateur sortant, Taro Aso, pour la même période de référence.

"Ceci est une promesse politique sur laquelle nous nous étions engagés dans notre manifeste électoral", a expliqué M. Hatoyama. "Nous devons l'accomplir en prenant toutes les mesures nécessaires".

Le Japon défendra cet objectif de 25% dès la prochaine réunion organisée par l'ONU à New York le 22 septembre, préparatoire au sommet de Copenhague de décembre. Sous l'égide de l'ONU, ce sommet vise à trouver un accord international pour succéder au protocole de Kyoto sur la réduction des émissions de GES considérées comme largement responsables du changement climatique.

M. Hatoyama a toutefois averti que le Japon ne voulait pas avancer seul sur ce sujet. "Un accord enthousiaste avec la participation de tous les grands pays est une condition nécessaire à notre promesse devant la communauté internationale", a-t-il souligné.

Deuxième économie mondiale, l'archipel n'est que le cinquième émetteur de gaz à effet de serre, derrière la Chine, les Etats-Unis, l'Inde et la Russie.

Le futur Premier ministre a annoncé en outre qu'il lancerait "une initiative immédiatement après la formation du gouvernement" pour aider les pays en développement à réduire leurs émissions de GES.

"Nous pensons que les pays en développement doivent aussi faire un effort pour réduire leur GES, car le changement climatique est un problème planétaire. Les pays développés doivent fournir un soutien financier et technique aux pays en développement qui essaient de réduire leurs émissions", a-t-il expliqué.

La question de l'aide financière apportée par les pays riches aux pays pauvres pour réduire leurs émissions constitue un désaccord de taille dans les négociations en vue du sommet de Copenhague.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.