Accéder au contenu principal
COUPE DU MONDE 2010

Les Bleus attendus de pied ferme au "Marakana" de Belgrade

Texte par : Nicolas DE SCITIVAUX
3 mn

À quelques heures d'un match décisif en Serbie au cours duquel les Bleus joueront leur qualification au prochain Mondial, les Français de Belgrade se préparent à vivre une grande soirée de football... en prenant quelques précautions.

Publicité

On pourrait croire qu’après le match nul concédé samedi par les Bleus face à la Roumanie, la pression serait moins intense sur l’équipe serbe, qui caracole seule en tête du groupe 7 avec quatre points d’avance sur la France. Il n'en est rien.

 

"Le match nul ne change rien, explique Michel Willefert, employé au Centre culturel français de Belgrade depuis un an. Le pays s’apprête à affronter la France, finaliste du Mondial-2006. Ici, elle est considérée comme l'une des meilleures équipes du monde. Il n’y a pas de calculs mathématiques, c’est une question de principe."

 


Le Français, qui se rendra dans le chaudron du "Marakana" - surnom du Stade de l’Étoile rouge de Belgrade - avec une trentaine de concitoyens, appréhende toutefois le risque de débordements éventuels en marge de la rencontre.

 

"Ce n'est pas la jungle non plus, dédramatise-t-il, mais les supporteurs serbes sont connus pour être assez chauds et violents !"

 

"Profil bas"

 

En plus de la mise en place d’un important dispositif de sécurité, les autorités serbes ont lancé un appel au calme.

 

"Il y a eu des annonce dans la presse pour demander aux supporteurs de rester calme, de ne pas siffler la Marseillaise", ajoute Michel Willefert.

 

En cas de victoire, la Serbie est sûre de prendre la route de l'Afrique du Sud, et l’alcool coulera à flots dans les rues de Belgrade. En revanche, le tableau risque d’être nettement plus sombre si la France parvient à s’imposer.

 

"S’ils perdent [les Serbes, ndlr], il peut y avoir de la casse, reconnaît l’expatrié Français. On en rigole entre nous, mais on n'ira pas au stade habillés en bleu-blanc-rouge. On fera profil bas. D’ailleurs on a décidé de ne pas prendre nos voitures, on prendra le taxi. Comme dans d’autres pays en reconstruction et en quête d’identité, ce sont des publics difficilement contrôlables."

 

Le dernier incident en date impliquant des supporteurs serbes remonte au 20 août dernier. Ce jour-là, des heurts ont opposé la police tchèque à plusieurs centaines de fans de l’Étoile rouge de Belgrade, en marge d’un match de barrage pour l’Europa League, à Prague. Bilan : 150 supporteurs interpellés et huit autres légèrement blessés.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.