Accéder au contenu principal
IRAN

Ahmadinejad affirme que le second site nucléaire iranien est "légal"

Texte par : Dépêche
3 mn

Peu de temps après que Paris, Londres et Washington ont menacé l'Iran de sanctions, son président, Mahmoud Ahmadinejad, a affirmé que l'existence du second site nucléaire du pays avait été portée à la connaissance de l'AIEA.

Publicité

AFP - Le site nucléaire iranien nouvellement révélé est "parfaitement légal", a déclaré vendredi le président iranien Mahmoud Ahmadinejad lors d'une conférence de presse à New York.

"Nous avons informé l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique, ndlr) à l'avance. Nous devrions être encouragés pour cela, c'était parfaitement légal", a-t-il dit.

"Ils accusent un gouvernement indépendant sans se documenter", a-t-il ajouté.

Il faisait référence aux dirigeants américain, britannique et français qui ont accusé l'Iran, vendredi à Pittsburgh (Pennsylvanie, est) d'avoir développé un site nucléaire secret, le mettant en demeure de changer de politique d'ici décembre sous peine de nouvelles sanctions "sévères".

"Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France ont présenté jeudi à Vienne (siège de l'AIEA) des preuves démontrant que la République islamique d'Iran a construit une usine secrète d'enrichissement de l'uranium près de Qom (sud) pendant des années", a annoncé le président américain Barack Obama.

Paris, Washington et Londres demandent à l'AIEA d'enquêter sur ce sujet "inquiétant", a ajouté M. Obama, en marge du sommet du G20 de Pittsburgh, entouré du Français Nicolas Sarkozy et du Britannique Gordon Brown.

Ce deuxième site, enterré sous une montagne, est "incompatible" avec le caractère civil du programme nucléaire iranien revendiqué par Téhéran, a précisé le président américain, sans parler de sanctions. Les dirigeants français et britannique s'en sont chargés.

Lors de sa conférence de presse, M. Ahmadinejad a affirmé que son pays avait réagi avec retenue à ces révélations. "Nous avons décidé de nous abstenir de réagir vivement à ce qui s'est passé ce matin. Nous avons fait preuve de retenue", a-t-il déclaré.

Il a affirmé par ailleurs que Téhéran attendait beaucoup des négociations prévues jeudi à Genève avec les représentants des six puissances chargées du dossier nucléaire iranien (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Allemagne).

"Nous sommes pleins d'espoir à propos des discussions de Genève", a-t-il dit.

Le président russe Dmitri Medvedev, également présent à Pittsburgh, a appelé l'Iran à "coopérer pleinement" avec l'AIEA, tout en se déclarant toujours en faveur d'un "dialogue sérieux" avec Téhéran.

M. Medvedev a estimé que l'Iran devrait présenter "des preuves convaincantes de son intention de développer de l'énergie nucléaire à des seules fins pacifiques" lors des discussions prévues avec les Six le 1er octobre à Genève.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.