Accéder au contenu principal

Les quatre villes candidates jouent leur va-tout devant le CIO

Chicago, Madrid, Rio et Tokyo tentent de convaincre le Comité international olympique (CIO) d'organiser les Jeux d’été 2016. Le verdict est attendu en fin d'après-midi...

Publicité

La 121e session du Comité international olympique (CIO) examine depuis ce matin à Copenhague les candidatures de Chicago, Madrid, Rio de Janeiro et Tokyo, quatre métropoles en concurrence pour l’organisation des Jeux olympiques d'été en 2016.

Quatre-dix-sept membres sur les 106 que compte actuellement le Comité international olympique (CIO) prendront part au premier tour de l'élection de la ville-hôte, qui débutera à 17h15 (15h15 GMT) et devrait entamer l'élimination des candidates. L'annonce de la ville retenue sera faite à 18h30 (16h30 GMT) par le président du CIO, Jacques Rogge.

Une  "nouvelle frontière" pour Rio

Vendredi midi, la présentation de Rio de Janeiro était en cours, avec une délégation brésilienne emmenée par le président Lula da Silva. La métropole brésilienne, considérée durant de longs mois avec condescendance, a acquis peu à peu le statut de favorite, portée par le chef de l'Etat brésilien, qui réclame le droit pour son pays d'organiser les premiers Jeux sud-américains.

C’est Joao Havelange, ancien athlète brésilien, qui a notamment participé en tant que nageur aux Jeux olympiques de 1936 à Berlin, et ex-président de la FIFA, qui a porté les espoirs brésiliens à la tribune de Copenhague.



"J’ai fait un rêve, celui de voir l’Histoire s’accomplir en 2016 avec l’organisation des premiers Jeux en Amérique latine", a notamment affirmé Havelange, invitant ensuite les membres du CIO à venir visiter "(sa) ville pour (son) centième anniversaire".

Le président brésilien a appelé quant à lui les membres du CIO à ouvrir "une nouvelle frontière" et à "allumer la flamme dans un pays tropical" en choisissant Rio comme hôte des JO-2016.

 

 

Dossier solide pour Tokyo, joker pour Chicago

Peu de temps auparavant, la capitale japonaise, Tokyo, s’était posée en défenseur de la planète et avait promis des Jeux olympiques 2016 en harmonie avec la nature pour tenter de persuader le CIO de lui donner la préférence.

Le nouveau Premier ministre japonais, Yukio Hatoyama, a par ailleurs promis au Comité que les "solides garanties financières" apportées par Tokyo - 4 milliards de dollars déjà provisionnés - "permettraient à la ville de léguer un héritage durable en matière d'infrastructures sportives et surtout d'environnement" dont la protection est l'un des points-clés du dossier tokyoïte.

En début de matinée, Chicago avait joué son atout maître, un discours passionné de Barak Obama en faveur de "sa" ville.

"Je suis venu en supporter passionné des Jeux olympiques et paralympiques, en défenseur convaincu du mouvement qu'ils représentent, a-t-il dit dans son discours. Mais je suis avant tout venu en représentant du peuple américain qui espère accueillir le monde sur les rives du Lac Michigan, au cœur de notre nation en 2016."

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.