Accéder au contenu principal

Bruxelles déplore l'image de l'UE donnée par les producteurs de lait

Le déversement dans des champs de millions de litres de lait par leurs producteurs, qui protestent contre la baisse des prix du produit, a "détruit la réputation de l'Europe" dans le monde, selon la commissaire européenne à l'Agriculture.

Publicité

AFP - La commissaire européenne à l'Agriculture, Mariann Fischer Boel a déploré lundi l'image donnée à travers le monde par les producteurs laitiers qui ont déversé ces dernières semaines du lait dans les champs.

"Ces images ont détruit la réputation de l'Europe dans les pays en développement", donnant l'impression qu'à "une époque où la famine reste un problème mondial, les agriculteurs européens détruisent de la nourriture à grande échelle juste pour recevoir plus de subventions", a affirmé Mme Fischer Boel au cours d'une réunion avec les ministres européens de l'Agriculture à Bruxelles.


La commissaire européenne a raconté que le ministre chilien des Affaires étrangères, Mariano Fernandez, lui avait confié que l'image de l'Europe à l'étranger était détruite.

"(M. Fernandez) m'a dit que lors d'une réunion de haut niveau (rassemblant chefs d'Etat et ministres des Affaires étrangères) entre l'Afrique et l'Amérique latine, au Venezuela, des images avaient été projetées sur un grand écran montrant les agriculteurs européens versant des millions de litres de lait dans les champs", a dit Mme Fischer Boel.

"Apparemment, ces images ont détruit immédiatement la réputation de l'Europe dans les pays en développement comme une tonne de dynamite", a ajouté la responsable européenne.

"L'opinion commune était qu'à une époque où la famine reste un problème mondial, les agriculteurs européens détruisent de la nourriture à grande échelle juste pour recevoir plus de subventions", a dit Mme Fischer Boel.

Les ministres européens de l'Agriculture se sont réunis lundi à Bruxelles pour tenter de trouver des solutions à la crise du secteur laitier, et de surmonter leurs divisions entre tenants des subventions et partisans de la libéralisation.

Mme Fischer Boel s'est montrée très sceptique concernant l'idée de débloquer "plus d'argent de l'UE" en faveur d'un programme conjoncturel pour les producteurs laitiers, proposée par l'Allemagne.

"Je ne suis pas sûre que les ministres des Finances partagent cette opinion. Nous dépensons 5 milliards d'euros aujourd'hui pour augmenter le prix du lait de 3,5 centimes/litre", a souligné Mme Fischer Boel devant la presse.

"Mais merci, si les Etats membres sont prêts à me donner cet argent, je ferai certainement attention à ce qu'il soit distribué de façon équitable", a-t-elle ironisé.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.