Accéder au contenu principal

Tsonga trop fort pour Gasquet, Roger-Vasselin poursuit sur sa lancée

Le Français Jo-Wilfried Tsongo s'est défait de son compatriote Richard Gasquet (4-6, 6-2, 6-2)pour atteindre les quarts de finale du tournoi de Tokyo. Le tricolore Edouard Roger-Vasselin, tombeur du vainqueur de l'US Open de Juan Martin Del Potro, a

Publicité

AFP - Jo-Wilfried Tsonga a dominé Richard Gasquet pour atteindre son dixième quart de finale de l'année au tournoi de Tokyo, en compagnie d'Edouard Roger-Vasselin qui a confirmé son exploit contre Juan Martin Del Potro au premier tour en battant jeudi l'Autrichien Jürgen Melzer.

Gilles Simon s'est en revanche incliné, après avoir sauvé trois balles de match dans le deuxième set, au terme d'un match intense face au Russe Mikhail Youzhny (7-6, 6-7, 6-4).

Dans le duel franco-français entre Tsonga et Gasquet, l'actuel N.7 mondial a logiquement gardé le dessus (4-6, 6-2, 6-2) sur l'ancien N.7 au terme d'un match moyen, disputé dans des conditions difficiles.

"Je n'aime pas jouer quand il y a du vent, contrairement à Richard qui est né dans le sud-ouest où ça souffle tout le temps", a raconté Tsonga, qui s'en est sorti essentiellement grâce à son service (12 aces) et son opportunisme dans les moments importants (4 balles de breaks sur 7 converties).

C'est un succès important pour Tsonga dans l'optique du Masters de Londres qu'il s'agit maintenant de conforter en quarts face au Letton Ernests Gulbis, qu'il avait battu en trois tie-breaks la semaine dernière à Bangkok.

Pas de Masters en vue pour Roger-Vasselin mais le plaisir d'avoir réussi ce qu'il y a de plus difficile en tennis: enchaîner après un exploit. Vainqueur de Del Potro mardi, le Francilien, 189e mondial, y est parvenu (4-6, 6-2, 6-3) face à Melzer, talentueux 39e joueur mondial.

Pour le Français, qui n'avait plus gagné deux matches de suite sur le grand circuit depuis juin 2007, l'aventure se poursuit vendredi face à l'ex-N.1 mondial Lleyton Hewitt, qui a mis fin à la première et dernière visite au Japon du futur retraité Fabrice Santoro (3-6, 6-3, 6-1).

"Je n'aurais pu arrêter ma carrière sans avoir rendu visite à Tokyo. Malgré la défaite, ce fut un beau séjour", a déclaré le Varois de 36 ans, qui jouera encore les tournois de Moscou et de Lyon avant de faire ses adieux à Paris-Bercy début novembre.

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.