Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Romain Duris : "On ne me connaît pas en dehors de mes rôles, et tant mieux"

En savoir plus

L’invité du jour

Annick Girardin : le référendum en Nouvelle-Calédonie est "historique"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Caravane des migrants : Trump "ne fait qu'empirer les choses"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Khashoggi : "Le prince et le meurtre"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Luis Almagro : "Une enquête sur le Venezuela doit être ouverte à la CPI"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Entre désistements et critiques, le "Davos du désert" s'ouvre à Riyad

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Paul Biya réélu pour un 7e mandat présidentiel

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#pasdevague et #jesuisunabruti, journée chargée sur les réseaux sociaux français

En savoir plus

LE DÉBAT

Comores : les risques d'une crise politique

En savoir plus

Amériques EUROPE

Washington tente de rallier Moscou à sa position sur l'Iran

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/10/2009

En visite à Moscou, la secrétaire d'État américaine s'est entretenue avec son homologue russe, Sergueï Lavrov, ce mardi. À cette occasion, Hillary Clinton a multiplié les déclarations bienveillantes en direction de la Russie.

AFP - La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a appelé mardi à Moscou à une "collaboration rapprochée" avec la Russie sur la défense antimissile, notamment face à l'Iran, un sujet longtemps délicat entre les deux puissances.

"Nous aimerions voir une collaboration rapprochée entre les Etats-Unis et la Russie sur la défense antimissile", a déclaré Mme Clinton lors d'une conférence de presse avec son homologue russe, Sergueï Lavrov.

Elle a aussi promis que les Etats-Unis se montreraient "aussi transparents que possible", jugeant une coopération russo-américaine "importante pour le reste du monde".

Les Etats-Unis ont annoncé le 17 septembre qu'ils renonçaient à un projet de bouclier antimissile en Europe de l'Est élaboré à l'époque du président américain George W. Bush et que Moscou voyait comme une menace pour sa sécurité, bien que Washington ait assuré qu'il était dirigé contre l'Iran.

La Maison Blanche a décidé de troquer ce projet, qui était centré sur une menace de tirs de missiles iraniens de longue portée, contre un système protégeant plutôt contre des tirs balistiques de courte et moyenne portée.

M. Lavrov s'est une nouvelle fois réjoui de l'abandon du projet de bouclier, tout en soulignant que la Russie n'avait pas été consultée sur la nouvelle conception antimissile américaine.

"Le nouveau plan annoncé en remplacement du bouclier antimissile n'est pas une idée commune à la Russie et aux Etats-Unis, mais le projet des experts de l'administration Barack Obama", a-t-il noté.

"Plus nous en saurons sur cette nouvelle conception et plus vite nous pourrons comprendre si nous pouvons élaborer ensemble un projet qui unira non seulement la Russie et les Etats-Unis mais aussi les Européens", a-t-il ajouté.

Première publication : 13/10/2009

  • DIPLOMATIE

    Hillary Clinton met en garde l'Iran sur la question du nucléaire

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L'Iran et le nucléaire au cœur de la visite de Clinton en Russie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)