Accéder au contenu principal
Focus

Les anti-avortement se mobilisent à Madrid

Décryptage des mouvements anti-avortement en Espagne, qui sont capables de rassembler des centaines de milliers de personnes dans les rues alors que le gouvernement Zapatero propose un projet de loi qui prévoit la légalisation de l'IVG jusqu'à 14 sem

Publicité

Les invités de ce Focus sont Agustin Tizon, secrétaire général du PSOE (Parti socialiste espagnol) à Paris, et Adeline Percept, correspondante de FRANCE 24 à Madrid.
 

Plusieurs dizaines d'associations appellent à une marche, le 17 octobre, contre un projet de loi adopté par le gouvernement espagnol qui doit être discuté au Parlement durant l'automne. Le texte prévoit la légalisation de l'interruption volontaire de grossesse - le droit d'avorter librement - jusqu'à 14 semaines.

"Le 17 octobre, à Madrid, retentira la clameur de toute l'Espagne pour défendre les plus innocents et les plus vulnérables, les enfants dans le ventre de leur mère", affirme l'organisation Derecho a Vivir (Droit à Vivre).

José-Maria Aznar, qui fut président d'un gouvernement conservateur entre 1996 et 2004, devrait participer à la manifestation.
En Espagne, l'avortement est dépénalisé depuis 1985, mais seulement dans certaines conditions : viol, malformation du fœtus ou danger pour la santé psychologique de la mère.

Les associations anti-avortement sont capables de faire descendre des centaines de milliers de personnes dans la rue ; elles agissent comme autant de relais de la très conservatrice hiérarchie catholique espagnole hostile aux réformes sociales du gouvernement Zapatero (mariage homosexuel, droit à l'avortement, etc.). Qui sont-elles ? Comment font-elles valoir leurs idées au quotidien ? Reportage.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.